La discipline

Qu’est-ce que l’archéologie du paysage sonore ? Petite définition.

L’archéologie est une science auxiliaire de l’histoire (en tant que celle-ci est la science du passé) à partir des périodes où monuments et documents écrits coexistent. (dictionnaire de l’Académie française). Ce terme me semble approprié car l’archéologie du paysage sonore s’appuie sur des témoignages textuels ou visuels afin de reconstituer les ambiances .

Le paysage sonore : symbiose d’un système perceptif dans un espace et une durée et d’un système de représentations sensibles et/ou rationnelles fondées sur un rapport particulier à un environnement donné (Yannick Dauby, Paysages sonores partagés, juillet 2004).

Une possible définition de l’archéologie du paysage sonore : science permettant une reconstruction/restitution d’un environnement sonore dans un espace spatio-temporel donné.

L’archéologie du paysage sonore est-elle une « branche » du paysage sonore ?
Si l’on s’appuie sur la définition ci-dessus, la réponse est oui, car en restituant ce passé sonore, on entre bien dans le cadre « d’un système perceptif dans un espace et une durée », mais aussi » une/des représentation/s sensible/s (donc faisant appel aux sens) fondées sur un rapport particulier à un environnement donné ».

Pourquoi cette discipline ?

S’appuyer sur le sensible pour valoriser le patrimoine est une demande récente des organismes œuvrant pour la mise en valeur du patrimoine – notamment les musées, mais pas seulement.
Il devient donc nécessaire d’intégrer cette dimension lors des présentations touchant au patrimonial.
L’archéologie du paysage sonore est une réponse rendue possible grâce aux avancées technologiques, notamment en faisant appel au multimédia.

La création d’ambiances sonores, issue de l’archéologie du paysage sonore, réclame l’application de règles strictes.
Ce n’est pas de l’habillage sonore (sound design) mais une restitution qui veut respecter l’Histoire, neutraliser son discours afin d’éviter de susciter des émotions.
C’est un travail qui s’appuie sur des sources historiques sérieuses et nombreuses.

Quelques exemples…

Paris : Le cimetière des Innocents au XVIIIe siècle (extrait)

Les embarras de Paris (extrait)

D’après Nicolas Guérard fils (L’Embarras de Paris – Le Pont Neuf) et Nicolas Boileau (Les embarras de Paris – Satire VI, 1660)

La joute des mariniers, entre le pont Notre-Dame et le Pont-au-Change (1751) – N.-J.-B. Raguenet (extrait)