Vaux-le-Vicomte : un cocon pour des horloges (2/4)

Voici un florilège de nos captations faites lors de cette campagne de captation.

A découvrir : la pendule lyre , le cartel d’alcôve , le cartel Coignet

Les brèves descriptions des horloges et pendules s’appuient sur la riche documentation mise à notre disposition par François Simon-Fustier. Grand merci à lui pour tout ce travail de collecte qui nous facilite le travail de documentation.

La pendule lyre

Brève présentation

La pendule lyre est une pendule datant de la fin du XVIIIème siècle. Prenant la forme d’une lyre qui sert de support et squelette, elle possède la spécificité suivante : c’est le mécanisme qui se balance et devient son propre balancier régulateur.

Le défi : pour notre travail de captation, le défi est de savoir où et comment poser nos micros afin de ne pas gêner le balancement du mécanisme.

Pendule lyre, de face et de profil.

Le dispositif de captation

Il est simple et doit s’adapter à la pendule et ses spécificités. Il doit être léger et ne pas gêner le balancement. Il se compose de trois micros petits et légers : 2 DPA et 1 AKG, soit 2 omni-cardioides, au spectre d’enregistrement large et 1 surfacique, pour capter les vibrations du mécanisme sans craindre la pollution sonore extérieure.

Le dispositif d’enregistrement

La pose est faite par le Maître-horloger qui travaille ganté pour préserver ces chefs-d’œuvre de beauté et de précision

Position des micros

Pour le plaisir des oreilles

  • Pendule Lyre : le tic tac régulier
  • Pendule Lyre : le balancier irrégulier (le mécanisme va s’arrêter seul)

Le remontage : il se fait en deux temps

  • le remontage : au-dessus de la lyre avec le micro DPA1 :
  • le remontage : sur le socle avec le micro DPA2 :
  • le remontage : sur le corps/Balancier avec le micro AKG :

Le délai (enchainement des engrenages avant l’enclenchement de la sonnerie)

  • avant la sonnerie, micro DPA2 :
  • avant la sonnerie, micro AKG :

Le cartel d’alcôve

Brève présentation

C’est également une pendule du XVIIIème siècle. C’est un dispositif mural et sans sonnerie au passage de chaque heure et quart mais uniquement à la demande, par tirage. Le remontage de l’horloge se fait à la clé.

Le défi : le cartel est fixé au mur, dans une alcôve, au-dessus d’un lit. Peu accessible, avec une analyse du terrain compliquée.

Le dispositif de captation

Seuls les doigts experts du Maître-horloger seront à l’œuvre et poseront délicatement les 2 micros DPA et le petit micro surfacique AKG.

Le dispositif choisi.

Le micro surfacique a pour mission d’enregistrer le mécanisme, alors que les petits micros DPA se focalisent sur le bruit du balancier et le mécanisme général.

Pour le plaisir des oreilles

L’écoute au casque est préconisée afin de profiter au mieux de la qualité de nos captations.

Chaque séquence est proposée pour des prises par les différents types de micro : ce sera la même séquence

Remontage à la clé (clé de 12 de l’horloger)

  • Le son du remontage avec le micro DPA1 : on entend l’appui nécessaire pour remonter le mécanisme – le « toc » sourd :
  • Le son du remontage avec le micro DPA2 : le son est plus clair car le micro est positionné dans le cartel
  • Le son du remontage avec le micro AKG : le son est plus sourd, on enregistre ce qui se passe dans le matériau du cartel

Réglages

L’horloger fait écouter le réglage du cartel mal réglé (bancal) à celui fluide de bien réglé

  • Réglages (micro DPA2)
  • Réglages (micro AKG)

Sonnerie

Cette action consiste à tirer la tirette qui enclenche le remontage du ressort, puis son relâchement entraine la sonnerie exacte des heures. Comme précisé plus haut, cette action est faite à la demande et n’est pas automatique.

  • La sonnerie de l’alcôve avec le micro DPA1
  • La sonnerie de l’alcôve avec le micro DPA2
  • La sonnerie de l’alcôve avec le micro AKG
 

Suite de la découverte : le cartel de Coignet


Crédits illustrations et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2023, 22 mai). Vaux-le-Vicomte : un cocon pour des horloges (2/4). L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5s

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search