Vaux-le-Vicomte : un cocon pour des horloges (1/4)

Dans le cadre du projet Chronospédia, nous avons mené campagne à Vaux-le-Vicomte. Nous accompagnions François Simon-Fustier mandaté pour régler horloge et pendules. Nous en avons profité pour capter ces petits bijoux (gros ou petits). L’occasion pour vous narrer par le menu cette belle aventure.

Pendule ou horloge : that is the question !

Avant toute chose, il faut comprendre qu’avec Chronospédia, nous plongeons et découvrons un monde un peu différent de celui de Guédelon. Les gestes de l’horloger sont millimétrés…. À Vaux, François règle des pendules (d’alcôve, de table, de cheminée…) et une horloge (de façade).

Si « horloge » est un terme générique, il faut toutefois faire la distinction avec la pendule. La pendule est régulée par un pendule. Ce qui n’est pas toujours le cas d’une horloge. Pour faire simple (si on peut dire), à Vaux, l’horloge est celle de façade, et dans les pièces se nichent les pendules.

La mission

Elle fut montée rapidement (un changement dans le programme chargé du château). Heureusement, nous avions déjà eu l’opportunité de capter un peu du travail de François Simon-Fustier, notre maître horloger, dans son atelier lyonnais. Mais, dans cette mission, nous visions la pendule de façade. Autant dire que la partie n’était pas vraiment gagnée : nous ne connaissions ni les lieux, ni le mécanisme….

Revenons à la mission. Nous avons établi la liste de notre matériel en fonction de ce que nous avions pu repérer des lieux (photos, reportages…).

Toute la différence entre le bagage du Maître horloger et le matériel des “chasseurs de sons”

Pour cette mission, nous seront hébergés par les propriétaires des lieux. Personne n’habite le château, tout le monde investit les communs.

Vue sur les communs du château (prise du clocheton)
Vue de la chambre sur le château de vaux le Vicomte

Ambiance sonore des lieux :

Dans le cocon, bien au chaud

Arrivés en début d’après-midi le 7 mars, après une rapide réunion stratégique, nous décidons, dans un premier temps de faire un rapide état des lieux : localiser finement les pendules, leur localisation dans les pièces, analyser les lieux, l’accessibilité…. Le froid extérieur nous invite … à commencer par les pendules. Il y en a de toutes sortes avec des noms plein de poésie comme cartel, tête de poupée, capucine, lyre (et j’en passe). Heureusement, pour préparer cette mission, François nous avait fait passer de la documentation. Et nous savons déjà que certaines pendules risquent de nous donner « du fil à retordre ». Mais, ne nous voilons pas la face : ce qui nous plaît c’est relever des challenges, capter l’impossible, rendre palpable l’impalpable.

Voici un florilège de nos captations faites lors de cette campagne de captation.


Crédits illustrations et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2023, 22 mai). Vaux-le-Vicomte : un cocon pour des horloges (1/4). L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5r

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search