Acoustémolo… quoi ?

Je m’appelle Camille Tirard et je suis en stage avec Mylène Pardoën à la MSH Lyon St-Etienne d’avril à juillet 2023.

Je réalise ce stage dans le cadre de mon mémoire de fin d’études d’ingénieur du son à l’École Nationale Supérieure Louis Lumière (c’est le même cursus que celui réalisé par Martin Guesney qui travaille aux côtés de Mylène Pardoën en tant qu’ingénieur du son)

Illustration 1 : Camille sur le terrain, bien intégré à l’équipe

J’ai rencontré Mylène Pardoën en stage lors d’une campagne de captation à Guédelon en juillet 2022 (vous pouvez m’apercevoir ici ou ) et c’est lors de cette rencontre que j’ai eu l’idée de faire un mémoire de recherche sur l’acoustémologie des artisans et artisanes de Guédelon.

L’acoustémologie, composé des mots “acoustique” et “épistémologie” (l’étude de la connaissance), est l’étude du son comme moyen de connaissance. C’est donc une étude sur la sensorialité sonore, et ce qu’elle apporte au travail artisanal à Guédelon.

En effet, j’ai été très intrigué par la pratique de Mylène Pardoën et Martin Guesney de faire réécouter les sons aux artisans et artisanes, dans un cadre beaucoup plus informel et à la marge de leurs recherches. Ces instants d’écoutes accompagnés d’échanges leur permettent d’étoffer leurs connaissances des gestes artisanaux, connaissances qui leur sont essentielles pour réaliser les fresques sonores avec fidélité, préparer à l’avance les dispositifs d’enregistrement, faire des recherches historiques pour choisir les gestes à enregistrer etc. Mais une question restait : que gagnent les artisans et artisanes à entendre ces sons ? Quelle est leur perception de ces sons ?

J’accompagne donc Mylène Pardoën et Martin Guesney sur les campagnes de captation à Guédelon, et réalise des entretiens avec les artisans et artisanes, en leur posant différentes questions sur leur écoute pendant leur travail, l’expérience de réécouter les sons, je leur demande de me donner des exemples de gestes pour lesquels le son est particulièrement important…

Une première série d’entretiens a été réalisée du 18 au 21 avril 2023 avec 8 artisans et 3 artisanes. Une fois les entretiens enregistrés et retranscrits avec un logiciel de retranscription et une relecture, je procède à l’analyse thématique pour établir des thèmes centraux, des parallèles ou des oppositions, ce qui me mène à la réalisation d’un arbre thématique. L’expérience de Mylène avec les artisans de Guédelon depuis plus de deux ans, et du son des gestes artisanaux m’est très précieuse. Ses remarques me permettent de mieux articuler les thèmes entre eux, et d’identifier des thèmes importants à ne pas laisser de côté.

Voici l’état d’avancement actuel de l’arbre thématique, en cours de construction :

Illustration 2 : Arbre thématique construit à partir des questionnaires

Nous retournons à Guédelon du 10 au 13 mai, j’aurais donc l’occasion de faire de nouveaux entretiens, ayant pris le temps entre temps de peaufiner mon questionnaire avec l’aide de Mylène pour obtenir des réponses plus précises et couvrir l’ensemble des sujets.

Au cours de la prochaine campagne de captation (et d’entretiens) à Guédelon, je vais me pencher plus précisément sur un phénomène assez fréquent que beaucoup d’artisans et artisanes ont évoqué : la synchronisation inconsciente du rythme des gestes entre les différents artisans d’un atelier. En effet, il arrive au cours d’une journée que tous les artisans d’un même atelier se retrouvent à frapper (le bois, la pierre, le métal etc.) en rythme, “comme un orchestre”. Cela m’intéresse beaucoup, et je vais donc demander plus de précisions aux artisans sur ce qui se passe pendant ces instants très particuliers.

Bien que les artisans semblent trouver que les sens se complètent et qu’il est difficile de différencier l’apport spécifique à chaque sens, il semble que le toucher et le son entretiennent un lien plus étroit entre eux qu’avec la vue. Les deux permettent d’obtenir des informations sur l’intérieur de la matière, invisibles à l’œil, et l’oreille est souvent plus rapide que l’oeil qui nécessite un champ de vision restreint, la ou les oreilles entendent à 360°. Ce lien entre le toucher et le son est un autre point que je vais essayer d’éclaircir lors de la prochaine campagne de captation.


Photos : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS – Schéma : C. Tirard – mai 2023



Citer ce billet
Tirard (2023, 12 mai). Acoustémolo… quoi ? L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search