Campagne de relevés impulsionnels à Guédelon (19/04/23)

Lors de cette nouvelle campagne de Guédelon, Martin propose de faire une série de captations plus spécifiques : des captations de relevés acoustiques, tels ceux déjà opérés pour l’installation de notre salle immersive. L’objectif est de pouvoir restituer finement des ambiances sonores dans des acoustiques connues afin d’obtenir des éléments de référence lorsqu’on travaille sur des paysages ou fresques sonores du passé (dont il ne reste plus de témoignage).

Par exemple, lors des captations sur Guédelon, notre mémoire auditive est toujours en action. Nous avons non seulement mémorisé les bruits, mais également les acoustiques dans lesquels ils se propagent. Lors des restitutions et leur diffusion, en retrouvant les équilibres existant entre ambiances/paysages/gestes dans ces empreintes acoustiques, nous obtenons une restitution proche de la réalité terrain.

Pour un site comme Guédelon, nous n’avons pas le matériel. Nous l’avons donc emprunté à notre collègue Brian Katz, Directeur de Recherche à La Sorbonne, au laboratoire Jean le Rond D’Alembert, acousticien et co-coordinateur du Groupe de Travail Acoustique auprès du Chantier Scientifique CNRS/MC/Notre-Dame. Lors de la campagne menée à Sens (campagne mixte se déroulant du 20 au 22/03/2023), nous avons récupéré le matériel descendu pour l’occasion. Ainsi, nous avons pu mener, de notre côté, cette campagne.

Déroulé de la campagne

Cette nouvelle campagne de Guédelon comporte plusieurs séquences où nous allons travailler soit en commun (avec ENISE, dans le cadre du projet ProMesS), soit seul (relevés acoustiques et autres relevés, plus communs, dirons-nous).

Pour cette partie, nous travaillons le mercredi : le jour de fermeture du chantier. Ainsi, nous avons les lieux pour nous seuls, et de fait relativement silencieux. Nous sommes arrivés tôt sur le chantier (7h30) pour profiter du silence, de la fraîcheur matinale et surtout la belle lumière ocre de Guédelon.

Nous avons programmé le relevé de différents espaces :

  • des espaces fermés (grande salle, chapelle)
  • des espaces ouverts (cour du château, forêt)
  • des espaces semi couverts (les loges des artisans)

C’étaient les prévisions. Et si vous êtes habitués à lire nos billets, je pense que vous avez compris qu’à Guédelon, il y a les prévisions et…. la réalité terrain.

Avec tout notre matériel, nous attaquerons par la carrière, puis la loge des tailleurs de pierre, enchaînons par la loge de gâchage, celle de la forge et la cour. Nous ferons une pause pour travailler avec nos collègues de l’ENISE. Puis nous reprendrons plus tard : la grande salle, la chambre, la chapelle, la coursive et l’espace de la cage à écureuil. Une nouvelle pause pour de nouveau nous joindre aux travaux d’ENISE. Et enfin le rush final : la forêt, l’atelier de poterie, celui de menuiserie, celui du charron, l’atelier de charpenterie (extérieur, puis intérieur) et pour finir l’atelier teinture et peinture. Le soir, nous avions bien mérité le repas chaleureux pris à neuf (nos deux équipes) où les échanges et les rires ont bien fusé.

Le matériel

Comme mentionné plus haut, nous avions du matériel bien spécifique, dont la pièce principale : un omnispeaker Mod 103 AC DC de chez Look Line. Cette enceinte permet, par sa forme sphérique, d’envoyer un signal spécifique dans toutes les directions et, ainsi, de couvrir tout l’espace environnant.

Outre ce lourd Haut-Parleur (HP), nous avions des micros (2 micros Schoeps MK21 et 2 Schoeps MK5, un micro ambisonique Rode), un enregistreur numérique (Mix Pré 10 II) – dédié spécifiquement à cette mission – des batteries, des câbles, des pieds et des embases, des bonnettes (avec et sans poils), des barres de couples grand format, un ordinateur portable Mac, des casques anti-bruit et, bien sûr 2 diables pour être mobiles.

Illustration 3 : Le “petit” laboratoire mobile

Exemples de captation

Afin de mieux cerner cette partie de notre mission, voici deux exemples :

  • en plein air : le cas de la coursive
  • sous couvert : la loge des tailleurs de pierre

Sur la coursive, au-dessus de la grande porte du château

Illustration 4 : Relevé de l’installation sur la coursive
Illustration 5 : Localisation de la coursive au-dessus de la porte (en bas de la capture d’écran)

Cette capture d’écran met en lumière la complexité des lieux. En effet, les bruits et sons venant de la coursive vont à la fois partir vers le sud sans aucune retenue et vers le nord. Dans ce dernier cas, la cour offre son acoustique réverbérante. Cela nous donne un retour sonore décalé.

Illustration 6 : L’installation en cours et test de l’enceinte (d’où le port des casques anti-bruit)


Sous la loge des tailleurs de pierre

Illustration 7 : Relevé de l’installation dans la loge des tailleurs de pierre
Illustration 8 : Localisation de la loge sur le chantier

La localisation visualisée avec Google Map permet de voir l’environnement autour de la loge et de bien cerner les problématiques des acoustiques liées à ce lieu. Relevons la présence des murs du château qui affectent la trajectoire du signal sonore par un « retour du son » qui rebondit sur la pierre des murs.

Illustration 9 : Installation dans la loge des tailleurs de pierre

Les résultats

Lors de notre première captation, nous avons (un peu) cherché nos marques afin de trouver la meilleure organisation. Mais pour la deuxième, nous étions bien adaptés au matériel et à notre organisation. Donc si la première installation dura quelques 30 mn, ensuite nous nous installions en moins d’un quart d’heure. Ceci pour expliquer que nous avons pu faire environ 25 relevés (soit environ 20 lieux différents) – beaucoup plus que ce que nous avions programmé initialement.

Comment se déroule un relevé ?

Après analyse des lieux et l’installation du matériel, nous devons systématiquement le tester, puis, Martin envoie un signal dans l’enceinte sphérique (4 fois) et les micros captent le signal.

Voici le signal de l’impulsion acoustique en question

Et ce qui s’affiche sur l’écran du Mac, dans le logiciel Reaper lors de la captation.

Illustration 10 : La première ligne est le témoin/référent, dessous sont les captations faites in situ.

Rien ne vaut une écoute pour comprendre

Chaque exemple comprend deux parties : la première est l’enregistrement du geste et la seconde partie est le même fichier audio, mais recontextualisé dans l’acoustique relevée sur le chantier de Guédelon et restituée dans nos bureaux à Lyon.

Ainsi, la première partie du fichier propose l’enregistrement d’un geste dans les conditions optimales – c’est à dire au plus proche de l’artisan afin d’obtenir un fichier audio le plus neutre possible. Dans la seconde partie, ce même fichier est remixé dans l’acoustique obtenue lors de cette campagne : on observe un élargissement de l’espace et une mise en perspective de l’objet sonore qui semble, ainsi, sonner en 3D.

L’écoute au casque est préconisée.

  • Exemple 1 : maçonnerie. Ce fichier audio correspond au relevé fait sur la coursive et expliqué dans ce billet

  • Exemple 2 : taille de pierre. Ce fichier audio correspond au relevé fait sur dans la loge des tailleurs de pierre et expliqué dans ce billet.

  • Exemple 3 : la scie dans l’atelier de charpenterie.

  • Exemple 4 : le staffeur (captation du geste réalisée à Notre-Dame)

Crédits photos et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2023, 9 mai). Campagne de relevés impulsionnels à Guédelon (19/04/23). L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5p

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search