Le chantier de construction de Notre-Dame de Paris en 1170

Dans le cadre des travaux du Groupe de Travail Acoustique-Paysage sonore du Chantier Scientifique CNRS/Ministère de la Culture/Notre-Dame (en abrégé GT Acoustique), nous avons travaillé à l’élaboration de fresques sonores historiques.

Nous avons choisi l’année 1170. Cette année-là, le chevet est en cours d’élévation. Il n’est pas fermé ni couvert. C’est essentiellement un travail de gros œuvre. L’élévation du palais épiscopal est concomitante. C’est donc un chantier très actif.

Ce que vous pouvez entendre est le résultat de nombreuses campagnes de captation, une récolte sonore de métiers encore exercés ou exercés dans le cadre de l’archéologie exploratoire. Les fresques présentées ici sont la version 10 de nos travaux.

Ce volet de recherche s’enrichira au gré de nos campagnes de captation. Il entre dans le cadre de l’archéologie du paysage sonore et de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Recontextualisation de l’action

Une zone hybride

La basilique ne commencera à être démolie que lorsque l’élévation du transept débute. Tant que le chœur n’est pas consacré (1182), il faut, en effet, un lieu de culte pour les célébrations par archevêque. Pour construire Notre-Dame, il est donc nécessaire de passer par une phase de démolition/déconstruction. Cette simultanéité des phases de travaux permet une transformation vraiment très douce et continue du paysage, et du paysage sonore. Au résultat, entre 1163 et 1182, cette zone de chantier présentera des activités à la fois de construction et de culte. Après 1182, Notre-Dame, elle-même, devient une zone hybride (à la fois dédiée au culte et aux travaux d’élévation du transept puis de la nef).

La première pierre fut posée en 1170. Le chantier débute par l’élévation du chevet de la cathédrale et la reconstruction du palais épiscopal. Si les tailleurs de pierre, les charpentiers, les sculpteurs sont les acteurs les plus bruyants sur le chantier, il en est d’autres plus discrets, mais essentiels : les cordiers (pour les cordes en chanvre), les vanniers (pour les nasses et les paniers), les menuisiers… La forge est également présente.

Bien que la répartition spatiale de l’ensemble des métiers soit mal connue, nous vous proposons une hypothèse de travail afin de vous faire découvrir l’ambiance sonore de ce chantier de construction.

Illustration 1 : Plan du chantier. Les pointillés marrons représentent la position des quais aujourd’hui.

Ce chantier est « coincé » entre la première église paléochrétienne, la ville et la Seine. Les activités s’étendent de la cathédrale au port (une berge avec un quai et des pontons), où arrivent les pierres, le bois et les marchandises lourdes et volumineuses.

Nous vous proposons de découvrir deux zones précises du chantier :

  • A – devant le chevet – ou sur ce qui sert de parvis (entre la ville à gauche et le chantier du palais épiscopal – l’église paléochrétienne se trouvant dans notre dos) ;
  • B – derrière le chevet (ou plus exactement sur la rive sud – la Seine coulant dans notre dos.

Ces plans vous permettent de comprendre les articulations qui existent entre les différents corps de métiers, leur situation dans l’espace urbain et naturel et sur le chantier.

Vous pouvez découvrir le travail des tailleurs de pierre, des charpentiers, du forgeron, du cordier. Entendre les déplacements des tombereaux, des trinqueballes et des peccables. Pour monter les charges lourdes ou volumineuses, les « oeuvriers » utilisent des cages à écureuil.

Cette visite sonore virtuelle offre une plongée dans le passé et vous fait découvrir des métiers et des pratiques parfois oubliés.

Pour l’écoute proposée, l’auditeur ne bouge pas, il est au centre de la scène et fait face au chantier.

A – Étude pour le parvis

Illustration 2 : Simulation de localisation des activités entre le chevet et l’église paléochrétienne
Illustration 3 : Étude et simulation des activités en élévation, selon le point d’écoute adopté.1

> Résultat audio (version binaurale, l’écoute au casque est préconisée) :

B- Étude pour le chantier côté Seine

Illustration 4 : Simulation de l’état des travaux vers 11802
Illustration 5 : Simulation de localisation des activités entre le chevet et la Seine

Résultat audio (l’écoute au casque est préconisée) :  

Nous tenons à remercier l’ensemble de nos partenaires sans qui ce travail de restitution n’aurait pu voir le jour, le CNRS, certes, mais surtout le chantier expérimental de Guédelon (Yonne) d’où proviennent 99% des enregistrements nécessaires à l’élaboration de ces fresques.

Nous tenons également à remercier FLUX:: Immersive, qui nous a fourni gracieusement le logiciel SPAT Révolutions, dont on se sert pour spatialiser nos fresques sonores et les diffuser en WFS.

Les billets de ce carnet relatent nos captations. Ils donnent les clés d’écoute pour comprendre les activités qui se déroulent sur le chantier.


Crédits illustrations et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2023, 2 mai). Le chantier de construction de Notre-Dame de Paris en 1170. L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5o

  1. illustration réalisée d’après l’illustration Notre-Dame de Paris – Coupe de la Nef, in Corroyer E, 1903, L’architecture gothique, A. Picard et Kaan : Paris. []
  2. illustration retravaillée à partir de l’image de l’évêché dans le dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIè au XVIème siècle de Viollet-Le Duc []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search