Atelier de captation au musée d’art et d’industrie (1/2)

Le 24 juin dernier, nous étions à Saint Étienne dans le cadre de la seconde journée d’étude Transmission des savoirs sensibles. Organisée par le laboratoire ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues, Arts) de l’Université Jean Monnet et la Maison des Science de l’Homme LSE, en collaboration avec le Musée d’Art et d’Industrie – Saint-Étienne, cette journée fût l’occasion pour nous de réaliser une démonstration de nos travaux : la captation sonore d’un métier à tisser.

Il s’agit d’un métier à tisser les rubans avec mécanique Jacquard composé d’un battant à seize pièces et six navettes. Ce métier, daté de la fin du XIXe-début du XXe siècle en provenance de l’atelier du passementier Joseph Faure à Planfoy (42660), se situe désormais dans les salles des machines du Musée d’Art et d’Industrie. Ces dernières présentent les innovations techniques dans le domaine du lissage et du tissage de ruban. La caractéristique du métier avec mécanique Jacquard est son système de programmation. Le métier effectue une lecture de la mise en carte — perforations — correspondant au programme de dessin :

“Les cordes qui en descendent, les arcades, vont tirer les fils de chaîne qui sont passés un à un dans l’œillet de la lisse. 16 pièces, 6 navettes, telle est la caractéristique du battant de ce métier. C’est un battant brocheur dont les navettes sont commandées par une rangée spéciale de pantalons de cartons. La caisse d’ascension porte le battant à la hauteur la plus favorable au passage de la navette dans l’ouverture des chaînes. Au-dessus, la marionnette, avec son sabre et ses touchettes, retrouve la sélection des cartons sur les glissières du battant, tirant les navettes. Le tout est parfaitement synchronique et automatique. Mais si un petit incident se produit, le tisseur le voit ou bien l’entend.”

Source : Métier à tisser les rubans avec mécanique Jacquard, Musée d’Art et d’Industrie – Saint-Étienne,https://mai.saint-etienne.fr/decouvrir/musee/parcours-de-visites/parcours-rubans/metier-a-tisser-rubans-avec-mecanique-jacquard, consulté le 29 juin 2022.

Notre arrivée matinale – avant celle des visiteurs et participants de la journée d’étude – nous a permis d’écouter le métier en amont de la captation. Damian, technicien des salles des machines, procéda à la mise en fonctionnement du métier automatisé. Sans surprise, les mécaniques bruissantes retentirent dans la pièce. Après une brève analyse des sources sonores, nous retrouvons le groupe d’intervenants pour une visite des collections du musée et de la salle immersive. Nous invitons par la suite, participants de la journée d’étude et visiteurs à découvrir le fonctionnement et les particularités techniques du métier par le sonore, son patrimoine immatériel.

Ce n’est pas moins de onze micros qui seront positionnés autour du métier :

  • six hyper cardioïdes,
  • un couple hyper cardioïde,
  • un ambisonique,
  • un surfacique
  • et un hémisphérique.

Chaque micro vise à cibler et enregistrer une particularité sonore du métier. L’oreille du technicien, habituée, les perçoit comme autant d’informations. Celle du visiteur ne peut les discriminer faute d’en détenir les clés mémorielles. En ciblant et enregistrant ces éléments sonores, nous facilitons leur repérage lors de l’écoute globale. 

Illustration 1 : Schoeps, micro hyper cardioïde sur une des parties de l’entraînement des navettes (courroie en cuir)
Illustration 4 : Couple Schoeps, micros hyper cardioïdes et Rode, micro ambisonique derrière les lisses

Le résultat de cette expérience d’écoute ciblée in situ fut des plus enrichissantes et apporte son lot de satisfaction. Les auditeurs ont su retrouver les sons perçus au casque dans l’ambiance sonore complexe que génère la rubanière en plein fonctionnement. Ce qui ne se voulait qu’un “simple” test s’avère un très bel outil de médiation sur lequel nous allons pouvoir travailler.

Comme les participants à cette journée, nous vous invitons à une écoute détaillée de ce métier à tisser les rubans et découvrir les sons perçus lors de son fonctionnement de la rubanière.


Crédits illustrations : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2023, 20 février). Atelier de captation au musée d’art et d’industrie (1/2). L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5l

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search