Chronospédia : une tactique pour capter des “tic-tac” 

Tout commence par “j’ai rencontré quelqu’un qui te plairait, mais surtout qui pourrait intéresser tes oreilles !”. Alors, dès le début de ce billet, je dis un grand merci à mon collègue brestois qui a permis cette rencontre.

Mais qui et quel terrain vont choyer nos oreilles ?

Petite devinette : on dit nos amis Suisses grands experts en la matière, mais la France (et les jurassiens) n’est pas loin dans l’excellence. Ça semble faire des bruits métronomiques, on en trouve de toute dimensions : des toutes petites, des très grandes, voire vraiment très très grandes et volumineuses au point d’emplir une pièce à elles seules. Notre aventure débute au pays des horloges.

Il était une fois….

Très rapidement, mon collègue brestois m’avait tracé les grandes lignes de Chronospedia – ne donnant même pas le nom, uniquement une description. Je le cite : “c’est un projet qui a pris forme car un maitre horloger s’est rendu compte que d’ici 2030, il n’y aurait plus d’horloger traditionnel. On a rencontré le chercheur qui travaille avec lui et je lui ai donné tes coordonnées. Il me semble que vous pourriez travailler ensemble”. Les lignes suivantes ne sont que les prémices de l’aventure Chronospedia.

La mise en contact s’est faite il y a, maintenant, deux semaines. La première rencontre, le 26 janvier 2023. Et, immédiatement, nous nous sommes bien entendus (dans tous les sens du terme). Lors de la prise de contact, nous avions demandé si nous pouvions profiter de cette première rencontre pour faire quelques captations. François Simon-Fustier (Maître d’art Horloger) et Konstantin Protassov (professeur de Physique à l’Université Grenoble Alpes) avaient, tous deux, acquiescé avec joie.

Rendez-vous était pris pour ce 26 janvier à 9h00. Quand on prépare une mission sans avoir de visibilité sur ce qui nous attend, nous sommes toujours un peu sur-excités avec Martin. Nous sommes partis pour faire léger : surtout des petits micros, notre minicmit et une perche (en plus de l’enregistreur numérique et des câbles). Le trajet est toujours un moment privilégié où nous échangeons, projetons, imaginons….. tellement que nous avons failli rater l’arrêt. Après une sortie un peu précipitée, nous voici devant la maison de l’Horloger de la Croix-Rousse.

L’accueil est chaleureux : thé et café pour nous réchauffer, Konstantin et François se présentent, présentent leur projet. Nous expliquons notre cœur de métier et comment nous pouvons leur apporter notre expertise. Ils connaissent bien leur affaire, nous également : nous avons tout pour nous entendre. Entendre, écouter… Konstantin nous interpelle : il faudrait descendre. En effet, c’est bientôt l’heure pile et toutes les horloges vont carillonner.

François à la baguette

La descente d’un escalier un peu rude nous ouvre les portes d’un paradis. Oui, habituellement, le Paradis est plutôt matérialisé en haut, mais chez François, il est situé en bas.

Et dès notre arrivée, c’est toute une symphonie qui se déclenche. Il y en a pour tous les goûts : des tic-tacs, des carillons qui exécutent leurs airs, de simples ding…. On ne sait plus où donner des oreilles. Un gros mécanisme d’horlogerie sur un support attend la main du maître pour retrouver les palpitations de son cœur d’engrenages. Un moment subjuguée, je suis rapidement attirée par une belle comtoise (qui retiendra mon attention un peu plus tard).

Sonner les heures, surtout avant midi, dure tout de même moins longtemps qu’une symphonie. Maintenant que l’on a pu entendre, on passe à la phase échange, analyse et enregistrement. Avec Martin, nous allons chercher notre matériel. François est allé chercher, en catimini, non une horloge mais une cave à cigares mécanique. Une vraie beauté !

Sortis d’une espèce de sidération, et vu la complexité de l’objet, nous prenons la décision de placer un petit micro surfacique (AKG) sous la boite et un tout petit DPA omni-directionnel. Inutile de sortir le minicmit : les sons bien que très présents dans l’atelier de François, sont trop localisés. Ce dispositif sera celui qu’on utilisera durant toute la matinée.

Illustration 1 : Cave à cigares mécanique

La cave à cigare comporte 8 séquences audio différentes. Outre ces petits airs de musique mécanique, nous pouvons capter le remontage du ressort et noter qu’en début de séquence, lorsque le ressort est tendu, l’air sonne un peu plus rapidement et que le meilleur tempo reste en milieu de séquence.

Comme nous en avons pris l’habitude, nous faisons écouter nos captations afin que François et Konstantin puissent entendre immédiatement le résultat des prises. Pour l’heure, avec cette cave à cigares, nous ne sommes pas encore dans le cœur d’un mécanisme (pas possible en l’état). Ce sera l’étape suivante.

Voici donc ce qu’ont pu entendre Konstantin et François :

  • Une écoute large avec le micro DPA omni-cardioïde :
  • Une écoute dans le cœur de la mécanique avec un micro surfacique AKG

Un cœur métronomique

Nous poursuivons la découverte des merveilles du maître des horloges. Des comtoises (déjà citées), des mécanismes de Paris et des neuchâteloises. Notre première plongée dans le cœur d’une horloge se fera avec ces dernières.

Illustration 2 : La neuchâteloise. Le balancier traverse la table. Les rouages sont présents devant, dedans. Presque toutes les pièces sont en laiton.

Pour cette horloge, l’analyse est un peu plus longue. Il faut poser les micros de manière à capter l’intérieur du mécanisme sans le gêner. Heureusement pour nous le petit DPA est un micro qualifié de miniature. Pour cette nouvelle série de captations, nous avons donc adopté le placement suivant : le AKG (micro surfacique) plaqué sur la platine (devant) et le DPA, plongeant dans la mécanique.

Le son de l’horloge neuchâteloise

Cette séquence est enregistrée avec un micro omnidirectionnel de petite taille, glissé dans le mécanisme de la neuchâteloise et un Micro surfacique AKG. C’est la même séquence pour chaque extrait présenté ici. Dans les 2 premiers exemples, vous entendez le tictac, puis le mécanisme de ressort.

  • Le tic-tac (micro DPA pour la première séquence, AKG pour la seconde)
  • Le ressort (première séquence avec le DPA, seconde avec l’AKG)

Et les françaises ?

Elles ne se cachent pas : elles sont positionnées en hauteur, ces comtoises qui avaient retenu mon attention dès mon arrivée dans l’atelier. Moins abordables pour un petit gabarit tel le mien, les comtoises pourraient presque représenter le Saint Graal (difficile à atteindre que ce soit visuellement ou de manière plus concrète).

Cette mécanique complexe appuie son fonctionnement sur des équilibres, nous ne devons donc, dans aucun cas, rompre l’un de ces équilibres très fragiles. Pour cette fois (encore), on va faire simple : un AKG et un DPA.

Au menu des captations : les sonneries et remontage (à la clé et à la manivelle).

Mais dans un premier temps, la question est : où positionner les micros ? En effet, outre le mécanisme, ce qui est intéressant est la sonnerie. Il faut donc poser correctement nos micros pour arriver à capter à la fois le mécanisme et le timbre placé dans le fond de la comtoise.

Illustration 5 : position des micros sur la comtoise

Comme précédemment, c’est la même séquence que l’on entend, mais la captation est faite soit avec le DPA (un micro omni-cardioïde) soit avec le AKG (pas de bruit ambiant, seule ceux transmis par la platine). On entend le tic-tac, puis la sonnerie.

  • Séquence audio du mécanisme de la comtoise avec le DPA
  • Séquence audio du mécanisme de la comtoise avec le AKG

Clé ou manivelle, le mouvement est lancé :

  • Séquence audio du remontage à la clé :
  • Séquence audio du remontage à la manivelle :

Cette première rencontre, qui s’est terminée par un repas pris en commun et durant lequel les idées ont fusé, signe le début d’une belle aventure. Un prochain rendez-vous lyonnais est déjà programmé ainsi qu’une campagne de captation à Vaux-le-Vicomte. Nos micros en vibrent de joie d’avance !


Crédits vidéo, illustrations et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2023, 16 février). Chronospédia : une tactique pour capter des “tic-tac” . L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5k

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search