Quand immersion rime avec élévation

Installée depuis le 2 janvier 2023, la salle immersive tourne bien et nous pouvons retravailler nos scènes avec bonheur. Toutefois, la diffusion, bien qu’immersive, restait horizontale (toutes les enceintes se trouvaient dans le même plan). Ce billet présente l’étape suivante : la mise en place de la diffusion en élévation.

Première étape : l’étude initiale

Nous avions prévu une extension de la salle immersive dès sa conception. En effet, lors de notre dernière campagne à Guédelon, nous avons effectué des captations spatialisées (voir par exemple notre billet sur le pont dormant ou notre dispositif pour le moulin) dont la finalité était de pouvoir les restituer au plus près de la réalité, soit dans leur totale spatialité.

Mais avant de concevoir une salle totalement immersive, il était nécessaire de connaître la salle dans laquelle nous allions monter notre système, puis avoir le financement.

En janvier, nous avons fait les premiers essais avec 32 enceintes (Ref du billet). Puis, au regard des résultats, nous avons commandé 10 enceintes complémentaires (et l’ensemble de l’équipement nécessaire à cette extension). Nous avons donc décidé, avec Martin, de positionner 5 enceintes en haut et 5 en bas (ce qui veut dire commander 5 petits pieds et 5 pieds plus hauts que les supports habituels – des pieds de micros).

Illustration 1 : Schéma de l’installation et ses cotes.

La commande lancée, il nous restait à attendre le matériel.

Seconde étape : le montage

La commande est arrivée plus rapidement qu’on ne le pensait. Et donc si janvier a vu la création de la salle immersive, février voit naître son extension.

Nous avons pris la décision de garder la couronne initiale et de lui adjoindre « seulement » des enceintes en haut et en bas. Dans un premier temps, nous avons donc vidé la salle de tout ce qui pouvait nous gêner. Puis, ce fut la phase papier crayon.

Illustration 2 : Début de l’installation : en bas à gauche, on peut noter l’enceinte du bas sur son petit pied ; les enceintes placées en haut sont fixées sur des pieds pouvant atteindre un peu plus de 2m de haut.

Mais, au résultat, tout a été relativement vite, et pour la pause de midi, tout était monté.

Illustration 3 : Etat de la salle peu de temps avant la pause de midi.

L’excitation étant tout de même bien présente, j’avoue que la pause de midi fut raccourcie. De retour dans la salle, nous réinstallons la table et Martin lance les premiers tests :

  • Les enceintes sont-elles bien alimentées ?
  • Les enceintes sont-elles bien branchées (dans le bon ordre) ? Pour se faire, il envoie un signal de bruit blanc qui doit tourner au milieu, en haut et en bas.

Tout semble bien fonctionner. Retour dans le bureau (pour les tous derniers calculs). Un temps d’attente (un peu d’administratif pour éviter de trop freiner l’impatience), puis la tête de Martin passe par la porte….. « on y va ? ». je pense que vous aurez compris qu’il ne faut pas poser deux fois la question.

En bas, on décide de travailler sur une scène pas trop complexe, mais intéressante : la scène de la Seine (le chantier de construction de Notre-Dame en 1170, côté Seine).

La première étape : on ne change rien et on écoute comment sonne la scène dans la salle. Dès cette première écoute, on constate une meilleure immersion. Nous pouvons passer à l’étape suivante, le placement d’objets sonores en haut et en bas. On fera vraiment très simple pour commencer : les oiseaux en haut, les chiens en bas.

Assez rapidement, nous nous apercevons que les enceintes du bas ne rendent pas ce que nous désirons. Décision est prise de les placer sur des rotules pour permettre une légère inclinaison. La correction apportée, une nouvelle écoute est lancée. C’est vraiment meilleur.

Illustration 4 : Positionnement des enceintes dans le logiciel SPAT Révolution
Illustration 5 : captures d’écran de SPAT avec la disposition des objets sonores : à gauche en plan, à droite en perspective cavalière pour mettre en évidence les élévations.

Début d’une nouvelle aventure 

Les premiers essais sont plus qu’intéressants, ils sont probants. Nous pouvons, d’ores et déjà, faire évoluer nos méthodologies de captations et de restitution.

Nous tenons à remercier, ici, FLUX:: Immersive, qui nous a fourni gracieusement le logiciel SPAT Révolutions, dont on se sert pour spatialiser nos fresques sonores et les diffuser en WFS.


Crédits photos et dessins : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2023, 14 février). Quand immersion rime avec élévation. L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5j

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search