Réponses impulsionnelles de la salle de diffusion immersive

Faire des mesures acoustiques de notre salle nous intéresse pour deux raisons :

– Cela permet de mesurer l’effet de nos dalles absorbantes en comparant les mesures avant et après leur installation.

– Cela nous permet de mieux « connaitre » la pièce et de faire concorder un ressenti lors de l’écoute avec des paramètres objectifs (« la pièce résonne dans le grave », « le son fait ping-pong entre deux murs » etc.) et donc de prendre des décisions de mixage plus avisées.

Illustration 1 : Plan de l’installation pour le calcul ds réponses impulsionnelles

Mesures de la réponse de la pièce

Ci-après, voici les réponses en fréquence de la salle Georges Lyvet, réalisées avec le logiciel Room EQ Wizard avant l’installation des dalles, puis après.

  • sans les dalles
Illustration 1 : Réponse en fréquence de la salle sans les dalles
Illustration 2 : Waterfall de la salle sans les dalles
  • avec les dalles
Illustration 3 : Réponse en fréquence _ Salle Lyvet avec mousse
Illustration 4 : Waterfall _ Salle Lyvet avec mousse
  • Comparaison des 2 résultats
Illustration 5 : Superposition des deux courbes fréquentielles

Les pics correspondent aux fréquences de résonance de la pièce, c’est-à-dire des fréquences qui vont ressortir davantage, les trous correspondent aux nœuds de la pièce, des fréquences que la pièce va atténuer. L’affichage waterfall permet d’afficher l’atténuation de ces fréquences dans le temps, en effet toute les fréquences ne «restent» pas le même temps dans une pièce, les nœuds s’atténuent rapidement alors que les pics « trainent » en longueur. La présence de ces pics et creux dans la réponse en fréquence est liée à la géométrie de la salle considérée, plus une salle à une géométrie simple type « boîte à chaussure » plus la réponse en fréquence sera accidentée, trompeuse pour l’auditeur. L’idéal pour la pratique du mixage est une réponse « plate », c’est à dire qui ne privilégie aucune fréquence, mais cela n’est jamais atteignable en pratique.

En comparant les mesures avant et après la pose des dalles absorbantes, on observe bien une atténuation significative des pics. La pièce est donc désormais mieux adaptée pour l’écoute et le mixage.


Crédits illustrations : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2023, 14 février). Réponses impulsionnelles de la salle de diffusion immersive. L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5h

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search