Salle d’expérimentation et de diffusion immersive (WFS)

Tout vient à point à qui sait attendre ….

Nous l’attendions depuis quelques temps, nous l’espérions secrètement…. 2023 nous apporte la possibilité de monter une petite salle immersive afin de pouvoir travailler sans avoir constamment à monter et démonter notre matériel pour une durée très courte (souvent quelques jours). Nous avons eu l’aval de notre direction pour nous installer salle Georges Livet, dans les sous-sols de la MSH.

Ce billet vous présente la « création » ex nihilo de cette salle : partant de rien pour arriver à sa mise en fonction.

La préparation

Pour vous situer notre localisation dans la MSH de Lyon, la salle Georges Lyvet se trouve dans les sous-sols. C’est une salle de petite dimension, une pièce de rectangulaire de 4,85 x 3,35 m² (16,24 m²) pour environ 2,30 mètres de hauteur sous plafond, qui se situe sous nos bureaux.

Notre choix est tombé sur celle-ci car elle se trouve au bout d’une enfilade de salles de même type, mais éloignée de la porte battante, qui n’est guère silencieuse, et ne jouxte une autre salle que sur un seul côté. Nous avons pris toutes les précautions pour déranger le moins possible les activités qui pourraient se dérouler dans les autres salles.

C’est bien en amont de ce lundi que nous avons commencé à réfléchir à cette installation. Nous sommes allés la voir souvent, l’écouter. Rapidement, nous avons pris la décision de l’isoler phoniquement. Cette isolation fut agréée par notre direction. Nous avons donc fait acheter des plaques d’isolant phonique.

Puis nous avons pris très précisément toutes les dimensions afin de bien préparer en amont notre travail. Nous étions fin prêts pour l’installation.

Jour 1 (Lundi 2 janvier 2023)

Au retour de cette période festive de fin d’année, Martin et moi-même avons décidé de nous attaquer à l’installation de cette salle tant attendue.

Illustration 1 : La salle avant l’isolation. Au fond à droite les plaques insonorisantes

Mais avant de commencer cette installation, il nous faut passer par une étape primordiale : mesurer l’acoustique de la salle (pour les aspects plus techniques, vous pouvez vous reporter à ce billet).

Une fois les mesures prises, l’installation peut commencer. Nous vidons la salle et déballons les plaques. Afin de les positionner de façon optimale, une étude préparatoire avait été faite.

Illustration 2 : Disposition des plaques

Assez rapidement, nous nous apercevons qu’il y aura un souci sur le côté de la porte. Si nous avons bien pris en compte la porte, nous n’avions pas vu la présence d’une grille d’aération au sol. Mais c’est rapidement corrigé.

Une fois le sol installé, une seconde série de mesures est faite pour vérifier que l’isolation répond bien à nos besoins.

Jour 2 (Mardi 3 janvier 2023)

Surprise !

Ce jour fleure bon l’installation. Enfin….. le « fleure bon » n’est pas tout à fait vrai : en effet, les dalles posées au sol ont produit une odeur un peu dérangeante. Qui plus est l’atmosphère nous semble un peu « moite » alors que le chauffage n’est pas allumé.

Une solution est trouvée : un absorbeur d’humidité et d’odeur est installé, le tout couplé avec un ventilateur pour permettre à l’air de circuler.

Cette solution trouvée, nous pouvons nous attaquer au positionnement des enceintes.

Première étape, descendre le matériel.

Illustration 6 : On commence par le plus lourd : les enceintes et les câbles

Progressivement l’ensemble du matériel arrive. Il est entreposé pour partie dans la salle, pour l’autre dans le couloir.

Seconde étape : les mesures

Comme pour chaque installation, la prise de mesure est nécessaire, le calcul pour répartir au mieux les enceintes doit être fait en fonction de la disposition choisie. Plusieurs stratégies peuvent être déployées. Après la prise de mesure on établit des schémas sommaires pour tester des dispositions.

Troisième étape : le montage

Un premier réglage vite fait pour l’élévation nous permet de mieux cerner l’ensemble.

Illustration 9 : L’utilisation d’un niveau électronique nous facilite bien la vie !

Ensuite, c’est le montage du système : pieds, enceintes, câblage et boitiers – pour le réseau (Dante) et la répartition des voies sur les enceintes.

Illustration 10 : Oui, c’est vrai ça ressemble un peu à un puzzle, mais nous nous y retrouvons, et c’est bien le principal !

La salle est pratiquement montée, nous devons prendre en compte que le sol comporte un certain coefficient d’absorption : pour faire simple, il n’est pas dur et à tendance à s’enfoncer sous nos pas, mais également les objets.

Or c’est une salle de travail avec chaises et table. Avec un peu d’esprit pratique (celui à la Mc Gyver), nous trouvons de nouveau une solution. Les chaises et la table reposeront sur des lattes de bois afin qu’elles ne trouent pas le revêtement acoustique.

Illustration 11 : Une chaise et ses patins de bois

Mais c’est déjà la fin de journée. On ne fermera pas la porte (pour l’aération), mais c’est tout comme.

Jour 3 (Mercredi 4 janvier 2023)

Enfin, nous allons pouvoir lancer le système.

De nouveau tout est très organisé : vérifier que les branchements sont bien faits et dans le bon ordre. En effet, comme nous avons une répartition des voies à partir de trois différents boitiers, il faut que chaque voie qui sort de l’ordinateur soit dirigée sur la bonne enceinte (et il arrive qu’une interversion apparaisse). Cela peut faire des effets intéressants, mais ce ne sont pas ceux que nous recherchons.

Illustration 12 : Agencement de la salle en situation de salle de travail

A la fin de cette troisième journée, tout est fin prêt pour les séances de travail des jours suivants. Et nous pouvons, enfin, nous en donner à cœur joie !

Une conclusion qui sent bon de nouvelles aventures

Cette salle nous l’attendions depuis longtemps et nous sommes réellement heureux d’avoir pu la monter, de pouvoir avoir (enfin) un vrai lieu d’expérimentation et de pouvoir la montrer et la faire écouter à un public, certes restreint, mais c’est un bon début.

Son inauguration est programmée pour la présentation des vœux de la MSH, puis nous la présenterons de nouveau au Comité Scientifique de la MSH.


Crédits photos : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mylène Pardoen (14 février 2023). Salle d’expérimentation et de diffusion immersive (WFS). L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5g


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search