La MSH comme terrain d’expérimentation

Préambule

Dans le cadre des projets financés par la MSH, j’ai eu l’opportunité de participer au projet dirigé par Emmanuelle Santelli, directrice de recherche au Centre Max Weber) : SEXORDInaire. La finalité de cette enquête et sa concrétisation est un film scientifique qui prend la forme d’un film d’animation.

Initialement, je devais intervenir sur les aspects sonores (conseils et expertise pour des captations d’échanges pour une enquête de sociologie). Par extension, j’ai également apporté mon expérience pour décrypter plus finement ces enregistrements. Vu l’intérêt qu’il suscite, ce projet, appelé à être diffusé pour un large public (diffusion nationale), se doit d’être de facture soignée. Nous apportons donc, aujourd’hui, notre expertise pour offrir à ce film toutes les conditions afin que sa sonorisation soit en adéquation avec le travail réalisé sur les images animées.

Une grande partie de la bande son sera extraite des échanges déjà enregistrés pour l’étude initiale. Mais il restait à illustrer toute la partie « laboratoire ». D’où l’organisation de cette séance de captation dans les murs-mêmes de la MSH.

Le lieu

Sur proposition de Jeanne Drouet (ingénieure CNRS et anthropologue), il a été décidé que la majeure partie des captations se feraient dans le grand escalier de la MSH.

Sa spécificité ? c’est un escalier en colimaçon, qui comporte plusieurs paliers, s’étend sur trois étages et résonne fortement. Challenge du jour : prendre Emmanuelle Santelli qui gravit les marches.

La meilleure stratégie est de la suivre en la « perchant » : monter les marches en même temps, en positionnant le micro au plus près de ses pieds (le micro étant positionné au bout d’une perche).

Après avoir échangé avec Martin, la décision est prise de partir sur l’installation d’un couple (2 micros cardioïdes) et d’un micro hypo-cardioïde (le dernier achat : un shoeps minicmit), monté sur la perche avec une suspension cinela. Les autres prises (plus communes) seront uniquement faites au couple.

Les précautions à prendre tiennent du bon sens : Emmanuelle Santelli doit avoir des chaussures à semelle dure (pour que l’on entende sonner les marches), le perchman doit, au contraire, faire preuve de discrétion : chaussures silencieuses et la montée des marches doit se faire « sur la pointe des pieds”.

Nous avons débuté vers 8h30. Chaque séquence a été enregistrée 3 fois. Vers 9h00, les dernières minutes étaient enregistrées sur notre carte SD.

Dans le hall d’entrée, fin de séance de captation

Le résultat

L’ensemble des captations a pu être fait sans qu’il y ait trop de « pollution », mais tout en permettant de montrer qu’il y a de la vie à la MSH. Et nous sommes vraiment très contents d’avoir été complètement associé à ce projet de sociologie.

Voici quelques petits instants captés (rappel : l’écoute au casque est préconisée) :

  • Son avec le couple de micros

Notons que l’on entend bien l’acoustique des lieux, et l’environnement (échange de paroles, porte qui claque)

  • Son  à la perche

Montée d’escalier, ouverture de la porte du bureau. Le micro est au plus près des chaussures d’Emmanuelle Santelli (environ 4 cm). Enregistrement des clés dans la serrure. La perche doit suivre tous les mouvements.


Crédits photos et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2023, 18 janvier). La MSH comme terrain d’expérimentation. L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search