Notre-Dame de Paris : les chuchotements de Notre Dame

Il faisait vraiment froid ce jour du 12 décembre et les deux épaisseurs de combinaisons de travail ne nous ont pas vraiment protégés, pourtant, nous sommes revenus avec des étoiles dans les yeux et des idées plein la tête. Mais remontons rapidement le temps pour comprendre la situation dans laquelle nous nous trouvons (le trop fameux flashback cinématographique).

(Très) bref résumé

Suite à l’incendie du 19 avril 2019, les scientifiques se sont mobilisés et ont créé huit Groupes de Travail (GT). A la MSH Lyon Saint-Etienne, nous avons eu la chance de pouvoir proposer notre expertise sur l’archéologie du paysage sonore et d’assumer la coordination du GT Acoustique.

C’est dans ce cadre que nous participons aux activités du chantier de restauration de Notre-Dame. Pour la MSH, nous œuvrons sur 3 axes :

  • Un axe mémoriel : nous avons des boitiers qui enregistrent 24/24, 7j/7j et offrent des sortes de time laps sonores du chantier.
  • Un axe historique : travailler à la restitution d’ambiances sonores historiques
  • Un axe patrimonial : enregistrer les métiers du bâti du patrimoine et de l’artisanat d’art.

Mais où se cache le silence dans Notre-Dame ?

Aujourd’hui, les activités sur la zone nommée « chantier de Notre-Dame » sont très nombreuses. C’est une ruche bourdonnante qui se réveille à 8h30 et ne se calme qu’à partir de 18h00 (hormis la période de la pause de midi). Autant dire que le bruit est partout. Malheureusement, les bruits les plus présents sont les bruits des pratiques (outils et métiers) très contemporains. Donc chercher à capter les gestes des artisans sur le chantier actuel est un véritable défi que nous tentons de relever avec Martin.

Un épisode (rarissime) de Mission impossible version audio

Depuis la mise en route de cette partie de mission, nous avons opté pour un dispositif très léger, une perche (et pas de pied), et des micros de petite tailles : DPA, AKG, Schoeps MiniCmit. En effet, nous devrons passer le sas avec le matériel et au retour, passer les mallettes sous la douche pour dépolluer le matériel. Heureusement, nous avons réussi à obtenir une autorisation pour faire passer nos valises directement dans la zone sale (et éviter le passage du sas, à l’entrée).

Comme noté au début de ce billet, ce 12 décembre 2022, il fait réellement très froid sur le chantier : -5°. Ce qu’il faut garder à l’esprit c’est que les conditions de travail sur ce chantier sont extra-ordinaires. Nous sommes en zone polluée (pollution au plomb), c’est-à-dire que nous entrons sur le chantier par un sas, dans une combinaison et des sous-vêtements jetables : pour faire simple, on ne peut pas mettre les super vêtements antifroids. Et ce matin-là, ce n’était plus du tout l’été indien.

Une chance pour nous, notre zone de captation se trouvait dans Notre-Dame, dans le transept Nord, au 6ème étage. Il y fait aussi froid, mais, au moins, nous sommes à l’abri du vent. Nous avions rendez-vous avec une équipe de staffeurs1 qui restaure une frise.

Comme toutes les semaines les cheminements changent, nous avons un peu erré avant de trouver le bon escalier, sur le bon échafaudage. Et le bon étage. Une fois trouvée la plateforme où œuvre l’équipe, nous entendons (avec horreur) qu’une dizaine de personnes se trouve à l’étage du dessus et monte des parties d’échafaudage : …le doux bruit des plaques métalliques encliquetés (violemment) sur les montants ! Et à l’étage du dessous, nous avons droit à un concert de visseuses pneumatiques. Donc, notre mission du jour sera de capter des gestes imperceptibles dans un environnement de moindre bruit.

Mission réussie !

Oui, vous avez bien lu, nous avons réussi à capter ces gestes précis qui loin d’attaquer la matière semblent caresser la pierre.

Le rifloir (en bas) et la spatule (en haut) les 2 outils de base du staffeur

Nous en avons profité pour monter l’expérience suivante : faire entendre en direct à l’artisan l’action qu’il est en train de faire. Sa réaction est immédiate :

C’est fabuleux, je peux entendre mon geste et doser la pression pour sculpter !

Mais le mieux est que vous puissiez écouter et vous rendre compte du rendu.

Contexte : Stéphane le staffeur sculpte une feuille de la frise. Il est obligé de travailler avec des bouchons dans les oreilles. Au-dessus et au-dessous de lui, ce ne sont que des bruits très forts : visseuses, plaques de métal qui s’entrechoquent, déambulations lourdes sur les échafaudages.

La séquence suivante est la prise opérée avec un micro hypo-cardioïde Schoeps MiniCmit (un petit micro canon). Normalement, la prise est très ciblée et permet de faire abstraction des bruits environnants. Vous pouvez noter qu’ici, même si c’est fortement estompé, ce n’est pas le cas.

Ceci est la même séquence, mais captée avec un micro AKG :

Ce que vous entendez, c’est le travail à la lancette (pour modeler la matière – l’outil caresse plutôt l’enduit-pâte) puis au rifloir (pour sculpter – l’outil attaque plus la matière). Dans ce cas, plus de pollution sonore : l’artisan peut retrouver de bonnes conditions de travail et, selon les commentaires de Stéphane, affiner et doser son geste et sa pression. Il est en prise direct avec sa matière.

C’est comme si j’avais un microscope au niveau des oreilles, dixit Stéphane.

Le résultat. On notera, sur le haut de la photo, la présence très proche de l’échafaudage.

Nous tenons à remercier Danaé et Stéphane (les staffeurs) pour avoir accepter de se laisser enregistrer et se prêter (et prêter leurs oreilles) à nos expérimentations.


Crédits photos et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS

  1. Staffeur : Ouvrier plâtrier spécialiste du moulage, sculptage, ciselage et de la pose d’ouvrages décoratifs en staff, en plâtre ou tout autre matière permettant de simuler, reconstituer la texture pierre ou plâtre. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mylène Pardoen (6 janvier 2023). Notre-Dame de Paris : les chuchotements de Notre Dame. L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5c


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search