Quand PROMESS tient ses promesses

C’est quoi PROMESS ?

PROMESS est un projet de recherche financé par la région AURA dans le cadre des Pack Ambition Recherche. Ce sont des projets exploratoires, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent, en l’état, faire l’objet d’une valorisation directe vers le monde de l’industrie.

Dans le cadre de ce projet, nous travaillons avec des partenaires industriels et du monde scientifique. Notre collaboration actuelle entrecroise des équipes de la MSH pour le sensoriel partie audio, du LAHRHA, pour le sensoriel partie olfactive et de l’ENISE pour le chapeau polysensorialité. Nous devons plus particulièrement élaborer des protocoles touchant à la réception de la poly ou multisensorialité par des utilisateurs dans le cadre d’objet ou de mise en situation où la réalité augmentée (RA) est très présente. Nous travaillerons donc sur un gros volet de restitution virtuelle de geste(s) à partir de captations réelles (et non simulées). Pour en savoir plus, je vous conseille de vous reporter ici : https://archeoson.hypotheses.org/promes

Préparer la mission

Nos trois collègues de l’ENISE, Patrick Baert, Charles Javerliat et Eliott Zimmermann, sont arrivés la veille de Saint-Étienne (soit le 24 octobre). Nous avons eu le temps de leur faire visiter le chantier, prendre contact avec les artisans et surtout les orienter vers les métiers et artisans qui nous semblaient les plus pertinents pour cette première campagne.

Toute l’équipe sur le pont (enfin le chemin de ronde) avec Mike, le maçon

Lors de nos derniers échanges (durant la Nuit Européenne des Chercheurs à Saint-Étienne), nous avions pré-ciblé les charpentiers et les tailleurs de pierre en priorité car il faut tenir compte d’une surface d’installation et surtout de la luminosité. Pas de chance : les charpentiers sont à l’œuvre sur le toit du pigeonnier. Non que cela n’aurait pas été intéressant de travailler avec eux, mais en haut, la place manque plus que cruellement. Nous avons donc décidé de recentrer nos choix sur l’atelier de maçonnerie (avec Mike aux commandes) et la taille de pierre (avec Sylvain). Nous avions également proposé le carrier Luc, mais le jet violent de pierres lors de l’éclatement des blocs a mis un frein à nos ardeurs : les caméras sont plus fragiles que des micros. Tout est fin prêt. Nous pouvons sereinement écrire (et parodier la Fayette) : Guédelon, nous voici !

Galop d’essai (le matin) : le geste du maçon

Si, pour Martin et moi-même, monter une campagne de captation sur un terrain hors laboratoire est maintenant bien rôdé, pour nos collègues stéphanois, c’est une première. Cependant, travailler en symbiose avec une autre équipe de chercheurs, sur un segment différent, en prenant en compte le travail des artisans, c’est une nouveauté. Nous avions donc décidé de consacrer l’intégralité de cette journée à ces captations spécifiques, pour apprendre à se connaître en situation d’expérimentation.

D’un commun accord avec Martin, nous avons toujours choisi des dispositifs allégés, pour différentes raisons :

  • nous ne savons pas comment se déroule une séance de captation avec ces différentes caméras : certes ce n’est pas du cinéma, mais les micros peuvent-ils nuire aux captations visuelles ?
  • nous devons trouver nos marques et, s’il faut réagir rapidement, mieux vaut être léger.

Nous prendrons, dans tous les cas, une perche et des micros de petite taille.

Le premier artisan servant de terrain d’essai sera Mike le maçon. Enthousiaste, il a préparé une aire de travail sur le chemin de ronde. Il y a la place pour positionner les différents pieds. Les Stéphanois montent leur matériel. La première captation se fera sans les boules qui servent de capteurs. Bien nous en a pris car les charpentiers viennent nous dire qu’ils vont passer avec leur poutres (la vie continue sur le chantier et le toit du pigeonnier avance rapidement). Décision est prise de conditionner et concentrer le temps de captation entre les passages des charpentiers (ainsi tout le monde peut travailler).

Voici le plan qui récapitule nos installations sur le chemin de ronde :

Plan de l’installation des micros et des caméras et leur rendu

Cette première prise fut un peu compliquée : les mouvements de la perche étaient entravés par le filet qui se trouvait derrière moi. Capter au plus près les déplacements et les actions de Mike n’étaient pas vraiment évidents.

Réglage de la longueur de la perche pour tenir compte de la présence du filet et de l’amplitude des mouvements de Mike

De plus la luminosité du matin a desservi la captation vidéo des marqueurs (les boules réflexives). Seule la première captation (vidéo simple sur 4 points distincts) sera exploitable.

Captation sonore du geste du maçon :

  • Cet extrait1 permet d’entendre l’ambiance réelle du chantier. La captation est faite par l’équipe d’ENISE. La prise est celle de leur camera. Vous pouvez entendre l’acoustique des lieux, le bruit de la nature et des visiteurs qui arrivent, les échanges sur le chantier et Mike qui travaille :
  • Nous avons choisi le même moment afin que vous puissiez entendre la différence de captation entre une prise faite à la caméra et une ciblée – la nôtre. Prise à la perche, avec un micro cardioïde. La prise est resserrée sur l’action et le geste :

Seconde tentative (le début d’après-midi) : la taille de pierre

Forts de l’expérience du matin, nous partons nous installer sous l’atelier des tailleurs de pierre. Première constatation pour nos collègues : il y a beaucoup moins de luminosité (nous sommes sous abri). L’ensemble des opérations de captation visuelle peut être mené sans craindre une surexposition qui nuit à l’enregistrement des marqueurs qui seront posés sur l’artisan.

Sylvain nous accueille et rapidement nous explique ce qu’il va faire. Le bloc est déjà en place sur l’établi. Pendant que nos collègues expliquent comment doit se dérouler la séance de captation et comment seront positionnés leurs matériels, nous (les audios) analysons rapidement l’emplacement, la position du tailleur et décision est prise de poser 2 petit micros DPA (à droite et à gauche un peu éloigné du plan de travail), un micro surfacique (AKG) et de compléter par une perche. Comme les prises sont relativement longues (pour respecter le travail de l’artisan), qu’il y aura plusieurs séances (avec des temps de repos pour Sylvain le tailleur), nous placerons l’AKG sur l’établi (dans un premier temps), puis sur le bloc (pour terminer). De même, je percherai derrière le tailleur pour commencer, puis plutôt devant et dessous le bloc pour finir.

Préparation de la captation

Voici le plan de l’installation :

Plan de l’installation des micros et des caméras et leur rendu
Plan de l’installation audio

Le public étant très présent (et très intrigué par notre installation et notre travail), nous installons notre banc d’écoute et faciliter, ainsi, l’accès à notre captation. Si, lors des premiers essais en juin, nous devions inciter/inviter le public à venir écouter, cette fois, tel n’est pas le cas. Ce ne sera pas moins d’une soixantaine de personnes qui viendront prendre les casques et entendre qui l’AKG, les DPA ou la perche. Cet outil de médiation est un réel plus : non seulement, il permet au public d’entrer en contact avec notre recherche, mais il nous offre l’opportunité d’obtenir un « moindre bruit » sans intervention de notre part. En effet, pour écouter (même au casque) ce qui se passe sur le chantier, le visiteur doit faire silence (à défaut de se taire totalement). Et le message passe bien. La durée totale de la captation est d’environ 60 mn.

Cette fois l’enregistrement des capteurs pour l’infrarouge est une réussite. Voici leur rendu avec le marquage du geste qui permet de mettre en lumière le déplacement des membres et de suivre précisément la main de l’artisan :

Nous pouvons observer la trace de la main et du ciseau sur la pierre.

Le geste du tailleur de pierre en sons :

Tous les extraits présentent la même séquence, afin de faire ressortir les différentes captations en fonction du positionnement et des types de micros installés.

  • Dans cet extrait (capté par l’équipe de l’ENISE), on entend clairement qu’il y a deux artisans dans l’atelier, dans le fond la foule (bien que silencieuse) et l’acoustique de l’atelier :
  • La perche capte sur le devant et par le dessous de la pierre. Au premier plan (sonore), c’est la taille de Sylvain, dans le fond, celle de l’autre tailleur. Vous entendez beaucoup moins l’environnement extérieur :
  • Le micro surfacique (AKG) a été positionné directement sur la pierre. Vous entendez donc uniquement le bruit du ciseau (lorsque Sylvain tape et lorsqu’il positionne l’outil sur la pierre). Le son est sec, claque dans l’aigu. Il n’y a aucune réverbération.

Troisième essai (on est rôdé) : la ciselure du menuisier

Pour finir la journée, nous décidons de porter nos pas du côté de l’atelier de Simon le menuisier, au bout du village. Le jour commence déjà à tomber et on ne pourra prolonger nos prises trop longtemps. Mais ce « moindre jour » intéresse nos collègues. Comme précédemment, deux séances de captations sont programmées, dont une avec les capteurs. Vous ne les avez pas encore vu de près, voici ce que ça donne :

Simon harnaché avec les boules réfléchissantes pour la captation infrarouge (et non ce n’est pas une scène pour starwars).

Cette fois, nous avions carte blanche pour notre installation (ne vous occupez pas de nous, dixit Patrick). Notre dispositif fut réellement très simple : un micro surfacique (sur le montant de fenêtre que Simon sculptait), un BLM et une perche. Pour tenir le BLM, un système de double scotch est appliqué pour le maintenir bien à plat sur l’établi.

Le geste du menuisier en sons :

Comme précédemment, tous les extraits présentent la même séquence, afin de faire ressortir les différentes captations en fonction du positionnement et des types de micros installés.

  • Ici, nous entendons la très forte présence de la nature (nous sommes en bordure de la forêt, près du chemin qui mène au moulin). Simon sculpte un montant de fenêtre.
  • La prise (avec le BML) fait ressortir le travail du ciseau sur le montant de la fenêtre. On perçoit encore la nature, mais dans le lointain.
  • Le micro surfacique est placé directement sur le montant. On entend parfaitement le ciseau qui entaille le bois.

Une conclusion qui signe un bon commencement

Cette première grande étape du projet PROMESS avec cette collaboration, est porteuse de belles promesses. Le travail en équipe mixte s’est vraiment très bien déroulé et tout le monde a, immédiatement trouvé ses marques. Nos pratiques se sont avérées étant très complémentaires sur le terrain. Qui plus est, nous pouvons, d’ores et déjà, entrevoir d’autres terrains sur lesquels nous allons pouvoir jouer de nos recherches. Les artisans sollicités sont également heureux de participer à ces captations. En effet, loin des pratiques cinématographiques ou télévisuelles, nous restons longuement (souvent plus d’une heure), captons la totalité des gestes, nous ne les coupons pas dans leurs actions. Ici, le temps de Guédelon et de la recherche s’accordent.


Crédits photos et vidéos : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS sauf mention contraire. Les premiers extraits sonores de chaque geste (maçon, tailleur de pierre, menuisier) sont à créditer au nom de l’ENISE : © ENISE PROMESS 2022



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2022, 5 décembre). Quand PROMESS tient ses promesses. L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd59

  1. ©ENISE PROMESS 2022 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search