Captation de sons à Guédelon : Chaux devant !! (9)

Octobre : de retour sur le chantier

Nous l’attendions plus qu’impatiemment ce retour sur le chantier de Guédelon. Les mois d’août, de septembre et octobre ont été très denses et nous désirions terminer cet automne en beauté (avant un repos « automnal » bien mérité).

Pour cette dernière campagne de captation 2022, nous nous retrouvons à deux (Martin et moi-même) : une équipe allégée – très allégée. Il faut donc préparer le matériel et les activités en conséquence. En effet, nous n’avons que 4 bras, 4 jambes et 2 têtes.

Nous avons donc décidé de ne faire que des captations expérimentales (si vous êtes habitués à la lecture de ce carnet, je pense que vous avez déjà compris qu’il y a ce que l’on programme et…. tout ce qui arrive sur le chantier et qu’il faut prendre en compte tant l’opportunité est grande).

Au programme donc cinq grandes périodes de captations expérimentales, dont la dernière importante car nos rangs sont renforcés par des collègues de l’ENISE (branche Génie sensoriel1 ) :

  • Le pont dormant (pour préparer le travail que l’on débutera en janvier 2023 sur l’élévation dans la diffusion spatialisée)
  • Le moulin (une nouvelle captation, plus fine – ha je sens la question « c’est quoi une captation plus fine ? ». C’est une captation où les micros ciblent plus particulièrement des points audio sensibles, intéressants, tels les engrenages par exemple)
  • La cuisson des tuiles
  • La construction du four banal2
  • Et, comme noté précédemment, un travail de captation en commun avec nos collègues stéphanois.

Et comme ce fut le cas durant tout le mois d’octobre, il a fallu composer avec Sieur Imprévu. En effet, la grève de la filière carburant a mis à rude épreuve notre stoïcisme habituel : deux jours avant le départ, nous ne savions pas si nous trouverions du carburant pour faire la mission. Heureusement, nous avons pu faire un plein complet et prévoir des points de ravitaillement pour la durée du séjour. Nous pouvons partir l’esprit presque serein.

L’arrivée sur site (le 21/10/2022)

À notre arrivée, nous sommes accueillis par l’équipe de direction (Maryline Martin, Delphine Bourselot, Sarah Preston, et Florian Renucci) qui nous remet la dernière publication à laquelle nous avons participé et dans laquelle nous figurons. C’est un grand honneur pour nous : c’est non seulement la reconnaissance de nos travaux, mais également celle de participer pleinement à la vie du chantier.

Dernière publication sur Guédelon et nous sommes fiers d’y figurer

C’est maintenant une habitude, notre premier contact avec Guédelon se fait par le tour du chantier. Cette étape est essentielle :

  • elle nous permet de nous mettre en phase avec le chantier (le temps de Guédelon – ce chronomètre qui rythme nos vies – nous offre un ressenti de cette temporalité qui fait battre le cœur de l’Histoire) ;
  • on prend le temps de voir les artisans, de deviser avec eux, prendre des nouvelles des anciens, des absents, des nouveaux, de la vie du chantier, d’avoir les derniers potins qui vont nous permettre de comprendre rapidement comment articuler notre mission de quelques jours ;
  • faire le point entre ce que l’on a prévu et ce qui peut ou doit être prioritaire.

Par exemple, nous somme accueillis par Loulou, le Maître des Chaux, un grand sourire aux lèvres. Il sait que nous avons été un peu frustrés de n’avoir pu assister (et donc capter) la cuisson de la chaux. Il nous fait la surprise (et le grand bonheur) d’un cadeau à sa façon : pas de cuisson (car, en plus le four s’est littéralement effondré), mais l’extinction de quelques blocs de chaux vive qu’il nous a réservés. Rendez-vous est pris : à 14h00, on éteindra la chaux.

Nous poursuivons notre pérégrination. Nous notons :

  • l’avancée du four banal (un décoffrage est programmé). Lors de notre venue en juillet, les fondations étaient en cours de pose.
Élévation du four banal
  • un petit détour vers le four à tuiles dont la mise en chauffe est lancée (4 jours de mise en chauffe pour l’assécher, avant de lancer la cuisson programmée dimanche),

On fait un crochet vers la carrière où Luc nous apprend qu’il a obtenu l’autorisation d’extraire des blocs.

Dès notre arrivée, nous avions remarqué la progression de la tour du pigeonnier ; on va faire un saut : les premiers éléments de charpente sont positionnés !

Le pigeonnier est en phase finale – les charpentiers ont pris le relai des maçons

Le carnet de rendez-vous se remplit assez rapidement ! On termine notre petite virée par l’atelier des couleurs où une opération de calcination est envisageable.

Fumerolles et glougloutements

14h00 : la cloche de Guédelon sonne. Les activités reprennent sur le chantier. Martin et moi-même sommes déjà à pied d’œuvre.

Échange avec Loulou : la chaux qu’il va verser dans l’eau date de quelques semaines. Elle sera plus lente à produire la réaction exothermique, mais l’activité sera plus intense vers la fin de la transformation.

On tombe d’accord pour un baquet assez large, relativement proche de la zone de déplacement pour que le public (peu nombreux) puisse tout de même voir le travail de la chaux.

Installation des micros – vérification de l’angle du couple (2 micros en V) par Martin

Vu le nombre de membres de l’équipe, la répartition des rôles est rapidement faite : Martin à l’enregistreur avec des micros câblés ; Mylène à la perche. L’installation se compose d’un couple de micros cardioïdes sur pied haut, un micro hypercardioïde sur petit pied (juste au-dessus du bassin et un micro hypercardioïde mobile sur perche (en HF pour éviter les câbles).

Un petit clap départ et c’est parti !

Loulou versera trois paniers dans le baquet. Les maçons du four banal ont été invités à venir nous rejoindre : il y a toujours un casque disponible pour faire entendre nos captations en direct. A tour de rôle, toutes et tous viendront prendre oreille.

Le début semble démarrer péniblement, quelques petits glougloutements, mais surtout des fumerolles qui sifflent par intermittence.

Je perche consciencieusement (c’est ma première perche en autonome). J’épie les mouvements de l’eau du bassin. Je traque les indices visuels qui permettent de trahir l’arrivée surprise du son. Là ! ça frémit et hop, des bulles jaillissent ! La position n’est pas trop pénible, la perche et le micro sont légers. Je perche au plus près (à environ 5 cm de la surface). Je garde un œil sur les poils de la bonnette (la température devrait monter sur les 200°).

Au bout de 15 mn environ, nous notons un changement dans la partition jouée par les blocs de chaux. Ça semble s’exciter un peu… heu pas mal d’ailleurs. Et, ça s’emballe là ! Pour tout vous avouer, je ne sais plus trop où donner de la perche car tous les bruits qui émanent du baquet sont interpellants, différents comme ayant chacun leur personnalité.

Voici ce que vous auriez pu entendre si vous étiez à nos côtés

Les sons du travail de la chaux sont captés à la perche et avec un micro cardioïde. La durée réelle de l’opération est de 30 mn.

Début de l’opération : Loulou verse la chaux vive dans le baquet rempli d’eau froide ; début (timide) de la réaction exothermique (on peut entendre le chant de toutes petites bulles) :

Progressivement, on entend que la réaction devient plus importante : bulles et fumerolles se font plus présentes

Progression des réactions exothermiques

A ce moment, on sait que tout va s’accélérer

La réaction exothermique est à son maximum ; la température est importante (environ 200°)

Fin de l’opération : Loulou remue la pâte ainsi obtenue afin qu’il n’y ait pas de grumeau. Sa conservation (pour tout l’hiver) se fera dans les tonneaux, recouvert d’eau.

Petit bilan

J’ai réussi ma mission perche (je vais pouvoir accrocher un nouveau diplôme au mur de mon bureau). L’ensemble des captations est excellent.

La bonnette sort indemne de cette première épreuve : quelques éclaboussures qui partiront vite fait à la brosse (car j’ai oublié de vous dire qu’on en prend soin de nos bonnettes : on les brosse avant, pendant et après chaque captation). Loulou qui a pu écouter sa chaux chanter en direct des studios de Guédelon est ravi.

Nous, on remballe déjà pour chasser d’autres sons.


Crédits photos et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS

  1. c’est la seule filière en France qui est hébergée à Saint-Etienne []
  2. Un four banal est un four où l’on cuit (essentiellement le pain) et qui est utilisé par tous les habitants relevant d’un même ban (une aire géographique regroupant toutes les terres du châtelain). Lorsque la cuisson est faite, le talmenier prélève un morceau du pain comme rémunération. Ainsi, sur une même contrée, on peut avoir un four banal, un moulin banal, une forêt banale….. qui tous tombent sous le droit coutumier (utilisation, redevance….). On retrouve l’étymologie de ce mot «ban » dans des expressions comme publier les bans, être banni ou mis au ban… []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search