Captation de sons à Guédelon : le cabestan (8)

Alors qu’habituellement, tout le monde passe à côté sans vraiment faire attention, aujourd’hui tous les yeux sont tournés vers…. le cabestan.

Qu’est-ce qu’un cabestan ?

Plutôt associé à la marine, le cabestan est un treuil vertical qui sert à enrouler et dérouler un câble ou une corde en démultipliant les forces de traction.

A Guédelon, il se trouve près du stockage des grumes de chêne, de l’atelier du charron, proche de l’écurie, et derrière l’atelier des charpentiers. Et il passe souvent inaperçu dans le paysage, comme fondu dans celui-ci et ne faisant qu’un. Or, il sert et, par chance, nous sommes présents.

Le cabestan

Dès que nous sommes informés que les charpentiers doivent utiliser le cabestan, nous allons voir … la bête. Cet outil rustique demande que l’on pose bien nos micros afin de lui rendre honneur. Pendant que les artisans préparent leur travail, de notre côté c’est consultation…. entre nous.

Réunion stratégique des deux équipes : celle des audio et celle des artisans

Combien d’enregistreurs, combien de micros et quel type ? Il nous faut couvrir une grande zone où les charges et les hommes vont bouger. Mais on n’est pas dans un déplacement classique tel celui du tombereau ou du peccable.

La captation   

Au fur et à mesure que les artisans s’installent, la stratégie se dessine plus finement. On opte pour 3 enregistreurs (un pour Martin, un pour Benjamin et un posé sous le cabestan), 2 perches, un couple de micro hypo-cardioïde, 2 surfaciques et un petit micro omni cardioïde. Cette configuration doit nous permettre de nous montrer très réactifs car nous ne savons pas exactement ce qui va se passer (même si tous les artisans ont répondu à nos questions : l’imprévu peut pointer son nez).

Plan de l’installation

Une fois tout en place, le clap lance l’ensemble des opérations.

Les visiteurs sont nombreux à venir regarder et sont très respectueux de notre travail. Et lorsque les adultes oublient un peu, les enfants sont parfois prompts à leur rappeler les consignes affichées sur les panneaux. Dans ce type de situation, il est essentiel d’ «avoir les yeux partout », de respecter les consignes de sécurité. En effet, une grume peut très bien tomber plus rapidement que voulu, du fait de la configuration en pyramide de l’aire de stockage.

Choisir le bon arbre afin que le charpentier puisse usiner sa pièce en respectant les fibres du bois

Thibault et Camille sont volontaires pour monter sur les grumes afin d’enregistrer le décrochage (le moment où la grume bouge). Martin et Benjamin sont à la manœuvre pour suivre les activités des charpentiers qui guident la descente des troncs. Elsa note, prend les photos (essentielles pour documenter notre travail). Personnellement, je surveille toute la zone : bouger les câbles, le couple, les panneaux d’information, faire respecter les consignes et…. répondre aux questions des visiteurs bien intrigués (non, ce n’est pas un tournage de film ni la télé, mais le CNRS).

Une partie sera totalement autonome  : le cabestan, lui-même. Pourquoi ce choix, vous demandez-vous ? Tout simplement parce que cet élément ne se déplace pas. Il bouge (tourne sur lui-même), mais inutile de le suivre.

Les prises se sont faites au plus près des gestes grâce aux perches et à la dextérité des artisans. En effet, nous commençons à nous connaître et la confiance est très présente. Nous sommes presqu’humainement en prise directe avec l’artisan avant même d’être en prise audio.

Duo scie et chêne
La vedette c’est…. le geste.

Durant cette séquence (longue séquence) d’enregistrement, nous avons ainsi pu capter l’intégralité des gestes qui permettent de mener une grume, à une section de tronc et son transport jusqu’à l’atelier pour sa mise en forme.

Focus sur la captation du cabestan 

Le dispositif placé sous le cabestan sera enclenché avant le lancement des opérations et nous ne le toucherons plus jusqu’à la fin, car toute l’équipe doit gérer les autres enregistreurs (perche, micros, câbles et bien sûr l’enregistreur).

Le dispositif des micros et les sons captés :

Il se compose d’un enregistreur MixPre 3, placé sous le bâti du cabestan, sur lequel sont branchés des micros surfaciques (AKG411 et LOM Geofon) et un micro omni cardioïde.

Avec l’Omnicardioïde : les ambiances extérieures
Avec le micro surfacique AKG : les craquements du cabestan
Avec le Geofon : les vibrations du cabestan

Bonne écoute.


Crédits photos et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search