Captation de sons à Guédelon : l’atelier de charpenterie. Les oreilles comme outil de médiation (7)

Toujours dans le cadre expérimental des captations à plusieurs points distribués sur une surface relativement importante, nous avons de nouveau sollicité les charpentiers. L’avantage avec les charpentiers c’est qu’ils travaillent autant en extérieur total que sous toit puisqu’ils ont un atelier de charpenterie où s’opèrent différentes opérations allant du façonnage des pièces à leur ajustement (à des fins de montage définitif sur leur champ d’application). L’opération équarrissage avait mobilisé trois équarrisseurs, cette fois ce sont pas moins de six charpentiers qui seront à l’œuvre.

L’atelier des charpentiers

Nous avons déployé notre installation le 14 juillet, en fin de matinée. Avant toute chose, il faut relever que les lieux sont ingrats. L’atelier est en fait formé de trois abris, tous trois de surfaces différentes. Et ce sont donc bien diverses activités qui vont nourrir notre, ou plutôt devrais-je écrire nos captations.

L’intérieur de l’atelier

Sciage, rabotage, façonnage de tenons et de mortaise, ajustement, l’atelier résonne de nombreux bruits tous différents. Tous s’affairent à travailler les pièces pour le futur pigeonnier. Pour ces captations, nous optons pour 2 enregistreurs, 2 perches, des surfaciques, les micros hyper cardioïdes et hypo cardioïdes et un micro ambisonique. Et grâce aux perches, nous pouvons aller au plus près de l’action.

Plan de l’atelier et du dispositif de captation
Opération de traçage

Captation sonore : l’exemple de l’opération d’emboitage

Voici deux séquences audio pour illustrer notre exemple. La première donne à écouter une séquence de frappe au ciseau, pour mettre en forme une mortaise (la partie creuse de l’emboitage). L’enregistrement est fait avec un micro cardioïde. La seconde est la captation de cette même séquence. Cette fois, c’est le micro surfacique AKG qui est sollicité.

Avec un micro cardioïde
Avec un micro surfacique

Entendez-vous la différence selon le micro ?

Le micro cardioïde permet d’entendre le geste de l’artisan, alors que le micro surfacique offre une écoute au centre même de la matière (ici le bois).

Mise en forme d’une mortaise au ciseau à bois ou gouge plate

L’expérimentation d’une nouvelle forme de médiation

Nous, nous profitons de ces instants uniques de captation pour expérimenter sur du grand public le nouveau mode de médiation testé au musée des Beaux-Arts de Saint Etienne.

Près d’un des enregistreurs, nous avons placé un ampli casque sur lequel nous avons branché six casques en simultané. Le but est de proposer aux visiteurs une écoute rapprochée des activités (presque dans la peau de l’artisan) et dans celui du chercheur (écoute de la matière qui chante sous le geste de l’artisan).

Cette écoute est rendue possible car nous pouvons faire entendre directement de la MixPré les 8 voix et les micros positionnés dans l’atelier. Martin, qui gère l’enregistreur, sélectionne la ou les voix à faire entendre sur les entrées casque.

Visiteurs à l’écoute

Les visiteurs, un peu intrigués au début (qu’est-ce qu’on veut nous faire entendre ?), acceptent d’écouter et…. restent demandant des précisions sur les activités qu’ils entendent. Certains s’attardent même. D’autres tentent de retrouver les sons entendus au casque dans le bruit de l’atelier.

Pour cette expérience, seul le plus grand atelier était couvert, mais la satisfaction des auditeurs était bien présente. Se glisser sensoriellement dans la peau de l’artisan, toucher du bout des oreilles la recherche en direct, si, dans un premier temps, le public est intrigué, il se prend rapidement au jeu, devient curieux et pose des questions.


Crédits photos et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search