Campagne de captation de sons : Guédelon en juillet (6)

L’arrivée sur le chantier

Juillet, son soleil mordant, ses chaleurs (qui cette année seront intenses), son public (plus nombreux qu’en juin, mais différent car il y a moins de scolaires à canaliser). Nous prenons nos habitudes, mais qui dit habitudes ne dit pas routine.

En effet, chaque voyage, chaque campagne de captation sur le chantier apporte son lot de joie et parfois de déception. Cette fois-ci, c’était la fête des feux qui était programmée : le four à chaux, le four à tuile…. Patatra, tout est tombé à l’eau (enfin, façon de parler, car l’eau… elle se fait attendre) : entre accident et COVID (toujours très actif), lorsque nous arrivons, c’est la mauvaise nouvelle : plus de feux. (allez, soyons positif : il reste les feux…. de l’amitié, très présents sur le chantier).

Pas de quoi nous décourager, ce ne sont pas les terrains de captation qui manquent à Guédelon. Et puis, nous venons avec une équipe renforcée. Outre Elsa et Benjamin, déjà présents en juin, nous avons Thibault (Noirot), fraichement diplômé de l’ENS Lumière (dont j’ai encadré le travail) et Camille (Tirard), que je vais encadrer pour l’année qui se présente.

C’est toujours un plaisir de faire découvrir le chantier, car bien sûr, première étape : faire le tour du chantier, saluer les anciens, faire connaissance avec les nouveaux et échanger, dialoguer pour connaître les évolutions. Sur le chantier, il y aura toujours le prévu programmé, prévu déprogrammé (ici, les feux de Guédelon), et l’imprévisible prévisible (celui que je préfère, personnellement) et l’imprévisible imprévisible (hum…. Celui-là on le craint un peu).

Donc, lors de nos déplacements sur le chantier, on se promène avec ses oreilles à l’affût, non seulement des bruits du chantier, mais également des échanges sur les activités qui doivent se faire le temps de notre visite. Et là, miracle, il y a de l’imprévu. Nous sommes donc en face des trois cas de figure qui vont nourrir notre séjour :

  • Le prévu : on a décidé de s’attaquer à la captation de la pierre, qui représente une réelle problématique et de retravailler une captation spatiale avec l’atelier de charpenterie ;
  • Le prévu déprogrammé ou prévu imprévu : on fait notre deuil des feux de Guédelon ;
  • Et l’imprévu prévisible, cette cerise sur le gâteau qui fait notre bonheur : la mise en œuvre du cabestan (mais nous aurons bien d’autres surprises !).

Le programme (du 12 au 16 juillet 2022)

Chaque journée fut dense, mais entrecoupée de pause (la chaleur faisant son œuvre). Juillet fut torride tant pour nous que pour les artisans ou le public (dont les rangs s’éclaircissaient au fur et à mesure que l’on arrivait vers 14h). Tout le monde visait l’ombrage du village et délaissait les tailleurs de pierre ou les carriers : la chaleur du sol associée à celle des pierres nous plongeait dans une fournaise étouffante.

Ci-après, voici le programme de l’ensemble de nos captations du mois de juillet.

  • 1er jour : Les micros sont rapidement d’attaque et nous avons récolté de beaux sons auprès des carriers, de l’atelier de peinture et de teinture, fait un tour du côté des tuiliers (avec notamment l’extraction de la terre, le gâchage et le moulage de l’adobe1
Adobe en cours de séchage

Au passage nous avons attrapé le démarrage du tombereau et son passage sur le pont dormant : une captation par le dessous.

Heureusement, la perche est grande !

Ouf, la journée est terminée !

  • 2ème jour : D’attaque sur le chantier, avant l’arrivée des visiteurs, nous préparons le matériel et c’est parti.
Tout est prêt pour attaquer la journée

Nous avons programmé un gros travail sur la taille de pierre (toujours notre problématique de base, mais on s’améliore). Pendant que le silence règne un peu, un passage chez la vannière, juste dans la cour à côté, on capte les activités autour du puit et le balayage de locaux au balai de jonc.

Couple cardioïde pour capter l’égouttage de l’osier

Puis, avant que la chaleur ne vienne nous écraser, visite de nouveau aux carriers et saut de puce vers les tailleurs de pierre (çà, c’était bien programmé).

Même quand le métier est bruyant, le silence est de rigueur !

Pour compléter notre collection déplacement, nous enregistrons le tombereau et son chargement de pierre. Encore une petite visite au tuilier qui trie son argile (cela consiste à la malaxer pour enlever les bulles d’air et les petits cailloux) et, après une pause au frais, nous finissons la journée avec le travail du menuisier.

  • 3ème jour : C’est la grosse journée. Nous l’avons préparée avec Stéphane, le charpentier. Nos activités se feront pour l’essentiel dans la fraicheur (bon, approximatif, c’est vrai) du village. A la fraîche, nous terminons la captation du menuisier. Puis, nous toquons à la porte du charron (et un cerclage de moyeu), juste à côté, les premières pierres du four banal sont posées. Dire bonjour aux artisans… et c’est la surprise : une activité complémentaire du côté du potier et des tuiliers (cette fois-ci moulage de carreaux de terre). Le passage devant le cordier, c’est aussi une invitation pour nos micros.

Mais le gros morceau de la journée, c’est l’atelier des charpentiers avec six artisans travaillant en même temps.

Au plus près de l’action

Nous en avons profité pour tester notre nouveau mode de médiation (comment se trouver plonger sensoriellement dans le travail des charpentiers et se retrouver presque dans la peau d’un chercheur). Le soir arrivant, pas besoin de nous bercer !

  • 4ème jour : Dernier jour sur le chantier, quand l’imprévu se réalise. De nouveau présent bien avant l’ouverture du chantier, nous avons la chance de capter les activités des jardinières (le fauchage/fouanage et le très beau chanter-pleuré)
Le chanté-pleuré

Une bonne partie de la matinée sera consacrée au cabestan et à l’essai du tout nouveau trinqueballe.

Ah oui…. le cabestan… quel dispositif déployer ?

Un léger détour par la cage à écureuil avant d’aller saluer les forgerons. Ce soir on remballe. Demain, ce sera déjà le retour sur Lyon.


Crédits photos : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS

  1. l’adobe est une brique d’argile, de sable et de paille hachée séchée au soleil. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search