Un ingénieur son au pays des SHS

Je m’appelle Martin Guesney, j’ai rejoint Mylène Pardoen à la MSH Lyon St-Etienne en mai 2021 en tant qu’ingénieur du son pour l’assister sur la captation et la diffusion des ses paysages sonores.

Mylène Pardoen et Martin Guesney à la Cité des Sciences de Paris (septembre 2022)

Suite à une classe préparatoire scientifique, je bifurque légèrement de la trajectoire initialement prévue en intégrant la section son de l’ENS Louis-Lumière dans laquelle j’ai pu me former à une grande partie des métiers du son : prise de son cinéma, enregistrement musical en studio, radio, mixage de musique ou de film, sonorisation live, montage et édition audio etc.

A l’occasion de mon mémoire de fin d’études, dirigé par Pierre-Olivier Boulant, je me perfectionne sur la diffusion dite « immersive », c’est à dire la gestion de systèmes son comprenant de nombreuses enceintes qui offre de nouvelles possibilités en terme de spatialisation du son. Pour en apprendre plus sur l’audio immersif et particulièrement la WFS, référez-vous à ce billet sur le sujet.

En particulier, mon travail se concentrait sur la place de la réverbération du son dans de tels dispositifs de diffusion. Cela m’a amené à me questionner fortement sur le comportement du son dans l’espace et son interaction avec l’environnement. Ce travail m’a amené à développer un prototype de logiciel de spatialisation du son qui m’a permis de me former à la programmation audio dans l’environnement Max/MSP.

Installation d’un système WFS à Oullins avec SWING le LAB (octobre 2022)

J’ai rejoint Mylène Pardoen pour (entre autres) renforcer l’aspect immersif de ses fresques historiques. Le travail sur les paysages sonores se prête particulièrement bien à la sonorisation immersive : c’est un bon moyen pour plonger l’auditeur dans un environnement sonore englobant, au plus proche de la réalité physique et sensorielle du son.

Une grande partie de notre travail sur le terrain consiste à enregistrer des sons présentant des intérêts historiques ou patrimoniaux comme la simandre de Bourges, les lauziers ou encore les artisans du chantier médiéval de Guédelon.

Une méthode de captation satisfaisante commence à émerger mais au vu de la diversité des objets sonores rencontrés (artisans, machines, animaux etc.) et des conditions de captation (présence de public, environnement et acoustique, pollution sonore etc.), nous sommes constamment à la recherche de solutions pour améliorer notre approche. Nous empruntons ainsi savoir-faire, matériel et astuces à d’autres pans plus orthodoxes de la captation sonore comme le cinéma, radio ou la musique.

Enregistrement d’un charpentier sur le chantier de Guédelon (Juillet 2021)

La plus grande difficulté que nous rencontrons est la description fine des enregistrements, afin de bien recontextualiser chaque son : description du geste, de la machine, des outils utilisés, listes des différentes microphones utilisés, leurs emplacements et utilités etc. Chaque prise de son doit être documentée, à la fois techniquement et historiquement pour former une sonothèque riche et utile pour l’archéologie du paysage sonore.

Ce qui me plait dans mon travail sur les paysages sonores avec Mylène Pardoen c’est de capter des sons (presque) disparus partout en France pour ensuite proposer une diffusion immersive à un public large composé de chercheurs, d’artisans passionnés ou de curieux. Nous maitrisons ainsi la totalité de la chaîne de production de nos fresques sonores : recherche d’informations dans les sources textuelles ou iconographiques, enregistrement des sons et enfin diffusion des paysages sonores. Cette maitrise sur notre travail nous permet de travailler des sons historiques pour les restituer de la façon la plus juste possible.


Crédits photos : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search