Captations de sons à Guédelon : atelier d’équarrissage (5)

Toutefois, ce sont les équarrisseurs qui ont plus particulièrement retenu notre attention. Nous avons ainsi programmé une séance de captation d’équarrissage 1 à 3 oeuvriers. Le but est de travailler sur des captations simultanées de plusieurs objets sonores en vue de les restituer spatialement en fonction des positions et des activités de chacun.

Le dispositif

Nous avons déployé notre installation le 17 juin, en fin d’après-midi. Le dispositif comprend un enregistreur numérique (une MixPre 10 II), des micros de différents types et est complété par une go pro, un appareil photo et nos smartphones. L’hyper-cardioïde sur pied sera bougé selon les positions 1, 2 et 3, ainsi que le micro surfacique.

Branchement et répartition des voix sur l’enregistrement
Plan de la scène d’enregistrement

Si, sur les grumes longues, seules les étapes « entailles », « équarrissage », début de « façonnage des madriers » ont été enregistrées, sur le tronc le plus court, c’est la totalité des opérations qui ont été captées, soit : écorçage, tracé d’épure, entailles, équarrissage, façonnage des madriers, finition à la doloire, le tout entrecoupé de phase d’affilage des outils.

La totale durée de la captation est de 60 mn, scindée en 2 périodes d’enregistrement. Les visiteurs présents, répartis tout autour du chantier, avaient bien perçu les enjeux, sont restés silencieux, ont respecté les consignes et ont, ainsi, pu apprécier l’écoute, le chant des outils (et celui du chantier de Guédelon en général et de la nature par la même occasion).

A l’écoute du chantier

Quels résultats pour cette captation ?

Cette première expérience d’enregistrement « spatial » d’un atelier nous a permis de mettre en évidence des points forts et des points faibles.

  • Les points forts :
    • Dans la globalité, l’ensemble du travail de captation rend bien la situation au moment de l’enregistrement ;
    • L’usage de la perche permet d’affiner les prises et de suivre précisément les gestes et l’avancée du travail
  • Les points faibles :
    • Malgré le fait d’avoir relevé les positions des micros (perche et micros sur pied) et d’en avoir les repères sonores (chacun des charpentiers et chaque tronc possède sa signature sonore relativement bien distincte), l’opération de dérushage s’avère vraiment compliquée.

Nous n’avions branché qu’un seul enregistreur, donc que 8 voix (8 canaux d’enregistrement), une seule perche (c’était un essai, qui s’est avéré très positif). Nous savons d’ores et déjà que lors de notre prochaine captation de ce type, le nombre d’enregistreurs (donc de voix et de micros) sera un critère déterminant pour la qualité et totalité de notre travail (de la mise en place au traitement final).

L’étape suivante

L’étape suivante de ce travail de captation sera de spatialiser la diffusion afin de rendre la place des volumes sonores (comme nous l’avons fait avec le moulin, mais, dans ce cas, sans l’élévation, par contre avec plusieurs acteurs « mobiles » et non des sources sonores fixes).

BONUS :

“Ecoute-voir” : le geste du charpentier en sons et en images

Crédits photos et vidéos: ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS

  1. Équarrissage :  action de tailler (une bille de bois, un bloc de pierre) à angles droits, pour la rendre carré. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search