Campagne de captations de sons : juin à Guédelon (4)

Juin est bien là. Les jours s’allongent. Tout est propice à monter une campagne de captation : Guédelon, nous voilà!

En ce début de saison estivale, nous sommes donc de retour sur le chantier de Guédelon. Notre connaissance du terrain chantier, la présence de deux stagiaires à nos côtés – Elsa Martinez et Benjamin Delobelle – ainsi que le concours des artisans nous ont permis, en quatre jours, de réaliser de nombreuses captations. Et nous sommes ravis de constater, de nouveau, l’intérêt sincère que les œuvriers portent à l’égard de nos travaux. Cette campagne de captation fut couverte par les médias ARTE et des représentants de la Fondation CNRS.

Aller à Guédelon, c’est toujours l’occasion de tester de nouveaux outils, de nouvelles stratégies de captation. L’application Flight Radar fait désormais partie de notre “arsenal”. En effet, la pollution sonore ne vient pas toujours des visiteurs et, à notre grand désespoir, elle vient aussi du ciel et des avions (preuve s’il en est que la reprise du trafic aérien est une réalité)…!

Autre nouveauté, l’utilisation d’une perche. Elle a contribué à augmenter notre mobilité, et affiner nos prises lors des captations d’activités tels les déplacements (hippomobiles ou piétonniers). Il faut ajouter à cette liste, de brèves captations vidéos focalisées sur les gestes artisanaux et la transformation de la matière. L’œil aguerri d’Elsa capte gestes et activités. Ces plans complètent dorénavant les plans fixes des Go Pro. Les photographies distinguent également les différentes séquences de captation.

Durant ce déplacement, nous avons également pu finaliser la mise en œuvre de la fresque sonore concoctée pour fêter les 25 ans du chantier. Nous avons profité des périodes de gros afflux et de grosses chaleurs pour trouver refuge dans la grange et ainsi peaufiner notre installation et fresque.

Comme précédemment écrit, cette campagne fut dense. L’ensemble des œuvriers fut mis à contribution, parfois plusieurs fois (que ce soit sur notre demande, mais également sur sollicitation de leur part). Au menu, nous avions : les forgerons, les équarrisseurs, les maçons, le potier, les tuiliers, les charretiers, la trop fameuse cage à écureuil, le peccable, les ambiances sonores de lieux…

Le potier et son tour à pied

D’autres activités, non programmées, viennent se greffer. Le potier, nouveau sur le chantier, nous présente son savoir-faire. Nicolas, le charron, doit absolument affuter son égoïne : « ça vous intéresse ? » Comment refuser une telle invitation !!

Affutage d’une scie égoïne avec un tiers-point

Grappage et corroyage

Pourtant, c’est le grappage que l’on retrouve. Certes l’opération principale était terminée (opération « bas-fourneau), mais nous constatons, dès notre arrivée, que les forgerons sont toujours à l’œuvre sur la loupe.

Installation du dispositif d’enregistrement dans la forge (on commence à avoir nos habitudes).

Et, chance pour nous, l’opération corroyage se poursuit et nous avons pu en capter une partie. C’est réellement une opération longue, comprenant plusieurs étapes. Le forgeron doit chauffer, étendre et replier plusieurs fois la grappe comme peut le faire un pâtissier pour une pâte feuilletée, à des fins d’obtenir un lingot uniforme. Cela forme un enchaînement d’opérations réclamant pas mal d’énergie aux forgerons. À Guédelon, le corroyage se fait à 2 marteaux (2 forgerons) et cette opération s’est poursuivie durant notre séjour qui se termine par la mise en place d’un gong avec coulage de plomb et utilisation de la forge portative.

La forge portative et ses 2 soufflets à main.

Cette dernière opération semblait comme permettre de boucler la boucle puisque, dans un premier temps, les forgerons avaient reçu notre visite.

Cette activité s’est déroulée bien avant l’entrée des visiteurs sur le chantier : un moment plus que propice pour opérer une bonne captation sans trop de pollution sonore et qui, en outre, nous a permis d’observer (et enregistrer), la fonte du plomb et son coulage.

La forge fut installée au niveau de la cage à écureuil, près du chemin de ronde. Après rapide analyse, nous nous plaçons de part et d’autre de l’atelier temporaire. Benjamin pourra y déployer sa perche pendant que Martin sera plus stable pour installer sa MixPre (l’enregistreur qui nous suit partout).

Mise en oeuvre de la forge portative

Assez rapidement, les maçons s’aperçoivent que l’emplacement qui doit recevoir le gong n’est pas suffisamment profond. Ils font appel à un tailleur de pierre qui est plus à même de travailler précisément sur cette partie.

Pendant que le tailleur est à l’ouvrage, les forgerons préparent la forge. Le feu ayant un peu de mal à prendre, ils vont chercher des braises à l’atelier pour donner du corps à cette forge portative. Un fois les braises placées dans le foyer, les barres et les piécettes de plombs sont versées dans le creuset. Si l’attente est au rendez-vous, dès que le plomb se met à fondre, le temps s’accélère et le « liquide » gris métallisé apparaît perçant la croute qui se forme en même temps.

Plomb fondu dans le creuset

Tout est prêt pour la soudure : mise en place du gong, la louche plonge dans le creuset, quart de tour à droite et doucement, le forgeron verse délicatement le liquide argenté. Le refroidissement est instantané et fige le gong en position.

Coulage du plomb

Nous avions prévu de partir à 10H00, mais voilà, l’opportunité de cette opération forge portative/Coulage de plomb sur un gong a fait voler en éclat notre planning.

Nous quittons les lieux à midi, tous heureux d’avoir encore vécu des moments mémorables.


Crédits photos et vidéos: ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search