Le chant des lauzes

Dans le cadre du projet ESPHAISTOSS, nous travaillons sur la sensorialité des métiers de l’artisanat. Les opportunités de découvrir des métiers sortant des habituels charpentiers, tailleurs de pierre, etc. sont donc fréquentes. Nos micros nous amènent, ce jour, à aller à la rencontre des lauziers.

Mais qu’est qu’un lauzier ? C’est un artisan d’art, un couvreur qui fait des toits en lauzes (pierre plate). Les lauziers travaillent à l’oreille : ils font sonner les lauzes à différentes étapes de la confection des toits.

Pour nous, le challenge est grand : nous n’avons pas encore trouvé comment enregistrer correctement cette matière (la pierre) pour que le rendu puisse être réellement validé. Donc outre le geste, c’est également la matière qui entre dans nos problématiques de ce jour.

Pour cette mission, nous avions choisi des micros adaptés : des hypercadioïdes afin de bien cibler les sons et un surfacique pour enregistrer directement la matière. La répartition était la suivante :

– Chantier du matin : sur les toits

  • 1 couple de micro Hyper cardioïde statique
  • 1 micro Hyper cardioïde dynamique monté également sur perche

Chantier de l’après-midi : chantier de démonstration

  • 1 Hyper cardioïde statique posé sur un flexible ;
  • 1 Hyper cardioïde statique sur une perche afin de suivre les mouvements des lauziers 
  • 1 Hyper cardioïde dynamique monté également sur perche
  • 1 Surfacique AKG

La mission (le 07/07/2022)

Nous sommes partis le matin de bonne heure afin d’arriver sur le chantier dès le début des activités.

La maison forte de Montagnieu (Soleymieu, Isère)

La maison forte se situe à Soleymieu. Elle surplombe la vallée et offre un panorama magnifique. Ce jour-là, beau soleil et petite brise : c’est traitre car on ne sent pas le soleil mordre la peau (Elsa Martinez en fera les frais).

Découverte du panorama en taquinant les oiseaux

Nous sommes accueillis par Thibault, Enzo et Jean-Philippe. Jean-Philippe Moyne, lui, arrivera un peu plus tard et Azucena Hernandez, la présidente nous rejoindra pour le déjeuner et suivra nos activités l’après-midi.

Arrivée sur site : le matin, le chantier

Après les présentations et les salutations, les EPI (équipement de protection individuel) revêtus, nous voila prêts pour ….. grimper sur le toit par l’échafaudage et faire une première visite. Échelles, trappes, coursives… enfin nous y sommes et….. ça tangue (normal, le petit vent est à la manœuvre).

Selon une méthodologie maintenant bien rodée, on va pouvoir débuter les enregistrements.

1- on se renseigne sur le métier, les gestes, les termes, les actions qu’il vont faire le matin ;

2- on analyse la scène ;

3- on sélectionne le matériel et on le prépare ;

Ah…. On a un léger problème de suspension micro : Géotrouvetout – ou Mc Gyver, ça dépend des générations- doit entrer en action) : une réparation de fortune s’impose !

Ce n’est sans doute pas esthétique, mais ça fonctionne et c’est le principal  !

4- on monte le matériel (échelles, trappes : attention à la tête….) ;

5- on pose le dispositif ;

6- Après un clap de synchronisation…. « Ca tourne !!!!! ».

Le vent, l’échafaudage, nous ont causé des soucis malgré les bonnettes et les précautions prises pour les captations. Mais nous avons tout de même pu capter des moments intéressants et surtout observer en situation réelle le travail. En effet, les meilleures captations seront faites l’après-midi sur l’atelier de démonstration (en bas, sur la terre ferme…pour celles et ceux qui n’ont pas vraiment le pied marin).

Toute l’équipe en action

Midi arrive, une pause s’impose. Nous partageons ce moment convivial avec Azucena Hernandez, puis Jean-Philippe Moyne, qui nous rejoindra un peu plus tard. Les nombreux échanges nous permettent de mieux connaître les activités de chacun, d’en percevoir le périmètre. Le temps file : il est temps de se remettre au travail.

L’après-midi : le temps de la démonstration

C’est Thibault qui sera démonstrateur. L’aire de démonstration nous permet de meilleures captations. Nous avons moins de prise au vent et surtout les déplacements ou le travail ne sont pas impactés par les échafaudages en métal (qui génèrent des nuisances).

Poser des lauzesen sons
Tout le monde participe à cette captation qui nécessite la présence de 2 perches

Seconde étape : le chant des lauzes (qui donne son titre à ce billet).

Thibault a sélectionné des lauzes de différents types afin de nous présenter cette facette de son travail : faire chanter les lauzes. La discrimination se fait en toquant les pierres : soit elle sonne mat, soit elle tinte.

Mauvaise lauze
Bonne lauze

Pour ces captations, nous avons placé un micro surfacique sur les pierres (AKG411) et compléter avec un micro dynamique (le Beyer M88 TG) perché.

Positionnement du micro surfacique sur la lauze.

Cela se traduit par les audios et sonogrammes suivants (enregistrement de l’AKG411).

Exemple vidéo des sonogrammes en lien avec le chant des pierres :

Capture vidéo AKG Mauvais pierre
Sonogramme Bonne lauze

Brève analyse

Sur ces deux sonogrammes, nous pouvons observer très nettement la différence :

Sonogramme de la mauvaise lauze
Sonogramme de la bonne lauze.

– le sonogramme du haut (la mauvaise lauze) ne comporte que les impacts des coups, sans présence d’harmoniques ni de prolongement dans le temps (la résonance de la lauze).

– le sonogramme du bas, montre clairement la richesse du son généré par l’impact du marteau.

Durant la totalité de ces enregistrements, nous avons pu faire écouter en direct nos prises de son à Azucena Hernandez, puis après coup à Thibault. Leurs retours furent réellement positifs.

Cette journée se termine, et il nous faut rentrer sur Lyon.

Pour conclure

Cette campagne de captation fut enrichissante. Certes, nous savons que nous devons poursuivre nos réflexions concernant l’enregistrement des pierres car ce n’est pas tout à fait satisfaisant, mais nous avons progressé et cela est essentiel.

Nous tenons à remercier l’ensemble des membres de l’entreprise Moyne Tradition pour leur accueil, leur disponibilité, leur curiosité devant nos travaux.


Crédits images et vidéos: ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2022, 26 septembre). Le chant des lauzes. L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd4w

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search