Rencontre avec le CNRS Images

Après une prise de contact et des échanges avec le CNRS Images, nous avons eu la chance d’accueillir une de leurs équipes. La cible : le projet ESPHAISTOSS et la valorisation du Patrimoine Culturel Immatériel.

Le déplacement qui doit couvrir nos activités est un reportage photo pour une alimentation de la banque d’images du CNRS et, si la proposition est validée, un diaporama sonore (illustrés de nos propres captations).

Leur présence parmi nous s’est fait en deux temps : en premier lieu sur le chantier de Guédelon (lors du fameux grappage) et en second lieu dans nos locaux lyonnais.

Mais pourquoi donc un reportage en deux parties ? Pour bien cerner notre travail complexe et pouvoir mieux le fixer sur pellicule et en montrer toutes les facettes. Capter le son est complexe, le rendre visible et palpable par un public pas toujours initié l’est encore plus.

Épisode 1 : dans la douceur printanière de Guédelon (29 avril 2022)

L’équipe CNRS Images se compose de deux personnes Cyril Fresillon (le photographe) et Joséphine Lavirotte (documentaliste Images). Dès leur arrivée sur le chantier, le 29 avril, ils sont pris en charge par Sarah Preston (community manager de Guédelon) et nous rejoignent sur le chantier. Nous sommes en train de préparer la captation autour du bas fourneau mis en place pour le grappage.

Prise de contact : faire connaissance

Recontextualiser le travail, échanger sur nos pratiques… assez rapidement appareil photo et stylos entrent en action.

On entre dans le vif du sujet : la prise de note s’impose

Expliquer notre travail demande beaucoup d’échanges. Rendre visible la partie technique (ici les captations, le matériel) est relativement simple. On peut voir le matériel, les micros, les pieds. Mais rendre visible l’analyse du lieu, la prise de décision quant au choix des micros, leur bon positionnement, les tests, c’est vraiment compliqué. D’où ces échanges denses, les explications dites, reformulées, affinées.

Le son et l’image complémentaire ou incompatible ? Est-ce que l’image peut être au service du son, alors que généralement, c’est l’inverse qui se produit ?

Car avouons : nous travaillons avec le son, les photographes, quels qu’ils soient, travaillent l’image avec…. des appareils parfois bruyants. Rien de pire qu’un clic lors de la captation d’un geste peu bruyant. Mais c’est le jeu lorsqu’on accepte de se faire suivre pour des reportages. Nous savons et nous faisons en sorte de choisir nos micros et les poser de telle façon que ces « pollutions » soient le moins présentes possible lors de nos captations. Après coup, on se taquine. Car pendant l’action, nous sommes tous absorbés par ce que nous faisons, notre mission et nous avançons dans l’action.

Outre la forge, nous avons pris le temps de faire le tour du chantier, d’aller faire des captations du côté des peintres et des teinturiers, du cordier sans oublier la trop fameuse cage à écureuil double. Et c’est sans compter l’incontournable interview. Un séjour bien dense, mais habituel pour ce qui nous concerne.

Avant de se quitter, on s’accorde pour un second acte qui permettra de boucler la boucle et de faire (presque) le tour de nos activités.

Épisode 2 : dans la fournaise estivale de la MSH de Lyon (2 août)

Ça y est, la date est fixée au 2 août. De notre côté, nous rentrons de petites vacances et Cyril et Joséphine sont sur le point d’y partir (une modeste copie du grand chassé-croisé des juillettistes et des aoûtiens). Coup de chance, c’est l’exacte période où nous pouvons bloquer une grande salle pour monter notre système immersif à 24 enceintes.

Nous avons passé le lundi à vider la salle, monter le matériel (les 24 enceintes, les amplis, le réseau Dante….). Mardi, nous attendons nos collègues de pied ferme. Débarquant (pas tout à fait) fraichement du TGV, les Parisiens découvrent le dispositif.

Découverte du dispositif à 24 enceintes : “Wouahhhh” [cri du coeur de Cyril Fresillon]

Pas de perte de temps, c’est de nouveau le jeu des questions réponses afin de bien comprendre quelles sont activités liées à cette partie de notre travail : la diffusion.

Écoute et découverte de nos outils

Écoutes, dissection de nos activités, explications…. Le photographe doit comprendre pour rendre palpables nos travaux, notre matière.

Réalité d’une situation ou jeu d’acteurs ?

Et puis, c’est à notre tour d’affronter le micro…. La journée est bientôt terminée. C’est Martin qui passera en premier.

Martin non sous les feux des projecteurs mais devant le micro (oui, oui c’est toi qu’on enregistre !)

Dernier clin d’oeil de la journée (ou plutôt devrais-je écrire clin d’oreille), Cyril nous sort son très beau Leica et nous le fait chanter : la joie d’entendre un « clic » non agressif !

Le “chant” du Leica

Pour conclure ce bref billet, nous constatons de nouveau que ce qui fait notre quotidien et semble (tellement) simple pour nous est en fait très complexe à rendre et à faire passer sur d’autres médias. Et sans doute un vrai challenge pour ce qui concerne l’image fixe – la photo. C’est avec une réelle impatience que nous attendons le résultat afin de « voir » notre travail.

Merci à Cyril et Joséphine pour ces beaux moments de partage et de découverte mutuelle de nos métiers et nos pratiques. Ces échanges-là sont essentiels car ils nous enrichissent – nous et nos pratiques.


Crédits images : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search