Salon Innovatives SHS 2022 côté coulisses

Sélectionnés pour présenter le projet ESPHAISTOSS lors des Innovatives SHS 2022, nous faisons un petit retour sur cette nouvelle aventure.

Avant toute chose, si le salon se déroule sur 2 jours, comme nous avions pas mal de matériel, notre salon, lui s’est étalé sur 4 jours (sans compter les déplacements précédents dont nous vous avons déjà parlé, par exemple nos activités à Jussieu avec les panneaux vibrants).

Nous sommes arrivés sur Paris en équipe renforcée : en effet, nous ne tenions pas un stand, mais deux – dont un initialement excentré. Vannina Goossens s’est donc jointe à l’équipe pour nous prêter main forte. L’équipe sur site sera donc composée : Vannina Goossens (responsable HNSI de la MSH), Martin Guesney et moi-même pour la MSH et Cécile Cros et sa stagiaire Éline présentaient « À la recherche de Notre-Dame », un voyage sonore immersif développé dans le cadre de l’ANR PHE-ND.

Pour récapituler, nous présentions trois animations autour de Notre-Dame :

  • Sur le stand principal : 3 écoutes binaurales au casque (devant le chevet, derrière le chevet et dans la cathédrale)
  • Dans la salle annexe : une écoute collective en WFS sur panneaux vibrants (devant le chevet), et une narration sur contenu scientifique binaurale (au casque).

Arrivée le 17 mai à 8h sur Paris, la première étape est Jussieu (le laboratoire de Brian Katz, où se trouve les panneaux vibrants). Démontage, emballage…. Tout est rapidement prêt. Reste à aller chercher le véhicule. On n’est pas très loin (à peine 15mn à pied, tout devrait aller vite. Mais…. C’est sans compter la circulation à Paris. Si la réception des clés se fait rapidement (chouette), le retour sur Jussieu est une autre affaire : il nous a fallu près d’une heure pour faire (en gros) la place du Châtelet – Jussieu. De quoi nous donner des suées froides pour l’autre partie du voyage Jussieu – Aubervilliers. Mais, bon, chaque chose en son temps. Là, la problématique est de faire rentrer dans le véhicule de tourisme tout le matériel (nous n’avions pas le choix).

Figure 1 : L’art du déménagement

Nous allons devenir des pro de Tétris : non seulement tout est rentré, mais de plus tout était bien calé (car je n’ai pas parlé de l’état des rues – Paris 2024 est passé par là).

Allez, nous sommes prêts pour Aubervilliers. Arrivés sur site (sans trop de soucis, à noter), trouver l’entrée n’est pas évident. Mais on y arrive et tout est bon, on peut, enfin, décharger l’ensemble des panneaux et son accastillage. À 17h, tout est monté et fin prêt pour le lendemain. Reste une dernière étape : rendre le véhicule (bon, je n’insiste pas, vous aurez compris que c’est toujours aussi « galère »). Le soir, le lit est le bienvenu.

Figure 2 : Positionnement des panneaux dans la salle

Le 18 et 19 mai : Nous sommes tous sur site et finalisons les diverses présentations : derniers réglages pour la vidéo de présentation, Vannina révise son texte et Martin peaufine les derniers réglages (d’autant que l’on a la mauvaise surprise de voir arriver… le buffet pour les pauses – pas tout à fait prévu ça).

Figure 3 : Entrer dans la tête de Victor Hugo pour comprendre le mécanisme de création du Roman Notre-Dame. Crédits : ©Cécile Cros/Narrative

Première séance : interview de Christian Dury pour les capsules Innovatives – un bon échauffement pour la suite de la journée. À l’ouverture du salon, nous sommes fin prêts.

Figure 4 : Stand principal et séance d’échauffement avec M. Guesney et C. Dury

La première journée fut plutôt dense côté visiteurs, la seconde journée fut ponctuée par la venue du PDG du CNRS. Les visiteurs ont été nombreux sur les stands (heureusement, nous pouvions faire des séances d’écoute à 6 casques sur le stand principal). Nous avons eu, entre autres, la visite de la directrice de l’InSHS (Marie Gaille), du Président de l’ENS Saclay (Pierre-Paul Zalio), de la Présidente de Lyon 2 (Nathalie Dompnier) … tous se sont montrés très intéressés par l’ensemble de nos activités et de notre production.

Figure 5 : Visite de Nathalie Dompnier, Présidente de l’Université Lyon 2
Figure 6 : Écoute déambulatoire le long des panneaux. Crédits : ©Cécile Cros/Narrative

Nous remercions l’ensemble des équipes organisatrices pour avoir toujours su trouver des solutions aux petits problèmes et nous avoir accompagné tout au long de ces journées.

Les Innovatives SHS forment un événement essentiel dans le paysage de la recherche : elles permettent de mettre en lumière les innovations en SHS (souvent éclipsées par les sciences de l’ingénieur et sans doute plus facile à valoriser car plus palpables pour les industriels et le grand public). Mais, il est nécessaire de repositionner certains éléments d’information qui me semblent utiles : s’il est difficile aux SHS de « valoriser » nos recherches, c’est parfois parce que l’audace manque aux « investisseurs ». Nombre de projets très porteurs et innovants restent ainsi endormis faute de trouver financement. Or un projet de catégorie TRL 3 (projet expérimental, tel ESPHAISTOSS) ne peut se négocier dans l’immédiat dans le secteur socio-économique et nos unités ne sont pas « calibrées » pour épauler les équipes (souvent petites). Certes les SATT font un gros travail et viennent en renfort. Mais rien ne vaut une belle vitrine telle que ce salon pour présenter nos activités et ouvrir des portes qui, sans cela, resteraient sans doute fermées.


Crédits Photos : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS sauf mention autre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search