Campagne de captation de sons à Guédelon : gestes artisanaux et grappage (3)

Nouvelle saison de captation en ce début d’année 2022. Cette fois-ci, nous étions accompagnés par le CNRS Image qui va suivre nos activités sur plusieurs mois.

Dès notre arrivée, nous avons été informés qu’une opération de grappage était mise en route. Ce fut l’occasion de tester de nouveaux micros et de nouveaux dispositifs HF (qui permet de relier les micros à l’enregistreur numérique sans câbles). C’est une véritable opportunité qui fait partie des imprévus…. Imprévus (car, il existe des imprévus «prévisibles » => les aléas des chantiers, des conditions climatiques, etc.)

Le programme s’est donc enrichi en fonction des opportunités se présentant sur le chantier :

  • Les métiers : les maçons (sur les actions autour de l’élévation de la muraille de façade) et la cage à écureuil (déplacée depuis l’automne dernier), les équarrisseurs (en équipe), le potier, les tuilier, les cordiers
  • Les actions spécifiques (l’imprévu) : opération de grappage
  • Les machines : le « péccable » (un trinqueballe de petite taille pour déplacer les blocs de pierre qui venait de se refaire une beauté car il sortait de réparation et la cage à écureuil double (qui se trouve maintenant positionnée en hauteur).
  • Ainsi que les activités liées au transport (chargement et déchargement); cette fois-ci avec des pierres et du mortier de remplissage et de parement.
Le peccable : un trinqueballe pour déplacer les blocs de pierre

Ce billet présente le grappage et le travail des corroyeurs.

Qu’est-ce que le grappage ?

Pour les forgerons et les archéométallurgistes, « grapper » désigne une opération qui consiste à jeter dans un foyer fortement chauffé des pièces de fer, le plus souvent des riblons, et à les porter à haute température pendant quelques minutes afin de les agglomérer par soudure. Buffon décrit l’opération ainsi :

« On met dans le foyer de l’affinerie, un lit de charbon et de ferraille alternativement, et lorsque le creuset de l’affinerie est plein, on le recouvre d’une forte quantité de charbon : on met le feu au charbon et l’on donne une grande vitesse aux soufflets ; on remet de nouveau du charbon à mesure qu’il s’affaisse ; on y mêle d’autres ferrailles, et l’on continue ainsi jusqu’à ce que le creuset contienne une loupe d’environ quatre-vingt livres. » 

Buffon, G.-L. Leclerc comte de. 1784. Histoire naturelle des minéraux. Édition in 12°, t. IV, Paris, Imprimerie royale, p. 256.

Pour plus d’informations : https://www.youtube.com/watch?v=06NbYkaj3U0

Comment capter le grappage ?

Le grappage se fait grâce à un bas-fourneau. Il faut allumer le feu, l’alimenter par strates de fer (des clous, des bouts de ferrailles, des résidus de coupes….) et de charbon de bois. Pour faire simple, on va travailler près du feu, très près d’une chaleur intense (pour tout dire on en rêvait, mais nous n’avions pas encore osé sauter le pas).

L’opération s’est déroulée sur 3 jours (dont 2 jours de chauffe).

Jour 1 : observation et étude

C’est le jour d’observation : on observe la zone, on se fait expliquer les étapes, les gestes, les déplacements, les temporalités (même si d’ores et déjà, nous savons pertinemment que personne ne sera maître du temps).

Plan de la zone de travail (X1, X2, X3 et X4 marquent les postes de travail des corroyeurs)
Le bas-fourneau et ses deux soufflets

L’opération se déroule autour d’un « bas-fourneau », alimenté en air par 2 soufflets de forge (ceux de la forge médiévale démontés et déplacés pour l’occasion). L’alimentation en fer et en charbon de bois se fera par la bouche supérieure (le haut).

L’installation des micros

Jour 2 et 3 : la mise en chauffe

Nous sommes arrivés sur site à 9h00 pour la mise en feu. Le choix des micros était important : soit il arrivait à « tenir » la chaleur, soit on le perdait. Une chose était certaine, la tuyère chantait et c’est à cet endroit qu’il devait être positionné.

Notre choix s’est porté sur un micro « rustique », d’origine russe et de marque Oktava (moins cher que nos micros schoeps). Après avoir analysé la scène et observé le travail et les déplacements des forgerons, nous avons commencé à planifier le positionnement des micros. Dans un premier temps, nous étions partis pour le coupler avec un système HF (sans câble pour permettre une manipulation rapide s’il y avait des soucis), mais nous avons changé et câblé le micro (le HF aurait pu « souffrir » de la chaleur).

Nous avons donc positionné l’Oktava près de la tuyère et un micro (avec HF) près des soufflets. Ainsi, nous avons pu capter toute la mise en chauffe. Nous avons capté la totalité de la montée en température. Mais l’opération de chauffe est longue et n’apporte pas de bruit particulier. Nous avons donc repris nos captations pour la sortie du grappage en fin d’après-midi (soit vers 17h00).

Le bas-fourneau en fonctionnement

Cette fois-ci, c’est la zone de cinglage et de corroyage qui a retenu notre attention. Ce sont les zones qui vont accueillir la grappe afin de l’affiner.

L’opération se découpe comme suit :

  • Ouverture du bas-fourneau
  • Récupération de la grappe
  • Opération de cinglage (martelage de la grappe ou loupe ferreuse sur la pierre à corroyer après sortie et réchauffe dans le foyer de la forge)
  • Opération de corroyage (après passage de la grappe aplatie par l’opération de cinglage, passage dans le foyer de la forge pour chauffe et martelage sur l’enclume => cette opération ne pourra se faire car la grappe obtenue est extrêmement dure et demandera de longues opérations de martelage).
Le micro en test avant l’enregistrement de l’opération de cinglage
Position du micro Oktava et de son émetteur HF près du foyer pour enregistrer les opérations de rechauffe

Pour cette partie, nous avons de nouveau positionné notre micro oktava près du foyer (avec cette fois un HF => nous aimons bien tenter le diable), les autre micros enregistrant les opérations autour de la pierre à corroyer, puis autour de l’enclume pour capter le cinglage.

Extrait de captation sonore du cinglage
Extrait de captation sonore du corroyage

Cette campagne de captation fut riche en événements et en émotions. La récolte importante est déjà en cours de traitement. Mais à peine une terminée, qu’une nouvelle campagne est déjà programmée. Affaire à suivre donc !


Crédits photos ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search