Le projet ESPHAISTOSS : l’analyse sensorielle des métiers du patrimoine historique et leur restitution sonore

Le projet de recherche ESPHAISTOSS vise à capter, étudier, analyser, comprendre les gestes artisanaux par le biais de la sensorialité en vue d’enrichir les modes de transmission et d’ouvrir vers de nouvelles formes de médiation.

Il permet de maîtriser la totalité de la chaîne de production (de la captation à la diffusion dans des acoustiques spatialisées) pour proposer des modèles audibles et des outils à destination de tous les publics.

A la confluence de plusieurs travaux, ESPHAISTOSS alimente toute la chaine recherche et valorisation du GT Acoustique du chantier Notre Dame de Paris : des modèles acoustiques (ANR PHEND : The Past Has Ears at Notre Dame (2020-2024) …) à la production sonore telle que « À la recherche de Notre-Dame » (Narrative), en passant par l’élaboration d’outils et de supports visant à la transmission et la médiation sensorielle des métiers de l’artisanat au sens le plus large (chantier de Guédelon …).

Une recherche exploratoire hybride

L’objet principal de la mission vise à développer, perfectionner et consolider des pistes de recherches détectées suite à nos travaux entrant dans le cadre de l’archéologie du paysage sonore et pouvoir, ainsi, répondre à des demandes de chercheurs, mais également du monde socio-professionnel (secteur de l’artisanat, professions de la restauration…), du secteur du tourisme et celui culturel.

Pour le chercheur, les gestes ancestraux font le lien entre passé, présent et futur. Ils s’invitent dans les documents et témoignages du passé qui nous parviennent. En pénétrant leur monde, nous obtenons de nouvelles clés de décryptage de notre histoire du quotidien. Leur compréhension, leur perception est donc un rouage essentiel pour l’étude et l’analyse de l’Histoire par le prisme de la sensorialité. C’en est un également pour l’aide à la transmission sensorielle et à la médiation.

Leur captation sonore offre l’opportunité d’établir des analyses fines en distinguant geste et transformation de la matière, mais également les différents éléments mécaniques d’une machine ou d’un outil.

Le défi est immense car il ne s’agit pas d’« enregistrer simplement » une action/un geste, mais bien d’en enregistrer toutes les séquences, de les « disséquer » sur le plan sonore afin de pouvoir les rendre palpables, exploitables autant pour le chercheur que pour les solliciteurs (artisans, institutions patrimoniales – musée, entre autre…).

Périmètre de recherche

L’étude de gestes patrimoniaux, domaine encore peu étudié (par exemple le Master Erasmus Mundus Techniques, Patrimoine, Territoires de l’Industrie – Université Sorbonne), reste encore plus discret lorsqu’on tente de l’aborder dans ses aspects sensoriels. Cette recherche ouvre des champs encore inexplorés touchant tout à la fois à la recherche (étude et analyse du patrimoine culturel immatériel – segment sensorialité/sonore – et leur diffusion), la transmission des savoirs et la médiation (pour ces deux derniers volets par le biais de la sensorialité, ici le sonore).

C’est une étude et une analyse sur des objets complexes qui ne trouvent place, à ce jour ni dans le champ de compétences des sciences de l’ingénieur (plutôt orienté acoustique) ni dans celui des SHS académiques, mais se positionne dans le développement de l’archéologie du paysage sonore. C’est donc une recherche transdisciplinaire et hybride

Le projet Esphaistoss se décline en trois volets :

  • Le volet mémoriel : captation et analyse des gestes artisanaux (tant du bâti que des métiers d’art) à des fins de conservation, d’archivage,
  • Le volet pédagogique : ces captations vont permettre de former plus rapidement l’oreille des apprenants (ces métiers faisant très fortement appel à la sensorialité au sens large – et donc au sonore, pour le segment qui nous intéresse) ;
  • Le volet de médiation : Il doit servir tout autant aux chercheurs qu’aux praticiens (artisans, musées, éco-village….).

Des enjeux scientifiques et sociétaux forts

Enjeu 1 Autour de la méthodologie : Création de méthodologies adaptées

En tant qu’archéologue du paysage sonore, nous avons besoin de captation de gestes et d’objets sonores réels pour proposer des modèles extrêmement proches d’une possible réalité (tout en gardant à l’esprit que ces modèles restent virtuels et peuvent évoluer avec l’état de la recherche et des progrès technologiques).

Enjeu 2 – Autour de la pédagogie :Création d’outils pédagogique et d’interface pour les praticiens et les artisans

Nos captations ont sensibilisé les acteurs qui ont accepté de se laisser enregistrer. En effet, ils se sont rendu compte de la nécessité des enregistrements face à des situations habituelles de travail où la sensorialité est très présente, mais dont ils n’étaient pas forcément conscients. Ils sont aujourd’hui en demande de tels outils.

Enjeu 3 – Autour de la médiation : Création d’outils de médiation[1]

Les musées et écomusées ne possèdent aucun moyen de plonger leurs visiteurs dans les ambiances sonores des machines ou des outils présentés. Ces acteurs de la médiation scientifique ont également pris conscience de la nécessité d’une recontextualisation sensorielle, mais très pédagogique à destination de leur public.

Trois étapes essentielles

La captation :

Cette étape est essentielle. Pour sa réussite, il faut mettre en œuvre de nouveaux modes de captations, affiner les prises et établir des méthodologies.

La documentation :

Afin de permettre une bonne transmission de nos pratiques et un bon archivage, nous élaborons une méthodologie en adéquation avec les spécificités de nos captations et de traitement.

Ces 2 étapes sont placées sous la responsabilité de Mylène Pardoen et de Martin Guesney. Ils auront en charge de tester les dispositifs, d’en établir les fiches méthodologiques à des fins de transmission, de documentation de la recherche et d’archivage.

La diffusion :

A – La diffusion scientifique à des fins de médiation scientifique et grand public, s’appuyant sur la technologie WFS sur laquelle Martin Guesney développe ses propres outils ;

B – La création d’outils permettant la transmission des savoir-faire par le biais d’interfaces offrant la possibilité entendre finement les séquences sonores informatives (les éléments sonores qui alertent sur l’apparition d’un défaut ou d’une défaillance) ;

C – La création d’outils et d’interfaces de médiation grand public pour les musées, écomusées ou institutions patrimoniale, mais également pour les acteurs du patrimoine à des fins de médiation.

Cette ultime étape fait entrer en action l’ensemble des acteurs. En effet, il faut que les outils développés soient réellement adaptés aux situations ciblées et aux demandes des différents acteurs. Ainsi, l’ensemble des chercheurs (Mylène Pardoen et Anne Baud), des ingénieurs d’étude (Martin Guesney) et partenaires (Maryline Martin pour Guédelon et les autres solliciteurs) travailleront de concert dès la première année pour établir les cadres, définir les besoins, élaborer les stratégies  et créer les outils et interfaces

[1] Nous appellerons objet de médiation toute interface qu’elle soit de médiation (à destination de médiation scientifique) ou pédagogique (à des fins de transmission du savoir et des savoir-faire).


Crédits des schémas : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search