Le son de l’odeur

Dans le cadre de nos activités au sein du GT6 Archéométrie des sens du réseau CAI-RN, nous avons eu l’opportunité d’enregistrer une cérémonie du KôDô 1

Le but de cette expérimentation : tester les limites de nos captations en ce qui concerne les bruits les plus ténus.

La finalité : produire un support de communication pour notre collègue Nicolas Baldovini 2 (Maître de Conférence à l’université Côte d’Azur – Institut de chimie de Nice) et démontrer que l’on peut enregistrer la consumation d’un copeau de oud.3

Et si…..

L’idée a germé lors d’une journée d’étude du GT6 qui s’est déroulée à la MSH le 12/03/2024.

Nous avions tenté d’enregistrer une petite consumation au musée Tillequin à Paris. Mais les résultats n’étaient guère probants. Les lieux, très typiques, ne se prêtaient pas à l’enregistrement et les conditions, si elles étaient bonnes pour sentir n’étaient pas adaptées notre discipline.

Après la présentation de nos activités (captation et diffusion immersive), Nicolas a proposé de recommencer cette expérience avec d’autres essences de oud et surtout dans la salle sourde (qui optimise les captations). Rapidement, nous prenons rendez-vous pour une séance, ici, à la MSH. Et nous en profitons pour demander l’aide de Justine Chapelon afin de compléter la captation audio d’une captation vidéo.

La préparation

Avec Noé Faure, ingénieur son à la MSH, nous avons réfléchi en amont, au dispositif à déployer afin d’optimiser les conditions de captations. Nous savons d’ores et déjà que l’émission sonore sera très faible et que le moindre geste et bruit créera de la pollution sonore. Nous avons donc opté pour :

  • Un couple de DPA 6060
  • Un DPA 4060
  • Un Schoeps MK41 (remplacé pour la 3e prise par un Schoeps MK5 en position omni)
  • Un Schoeps MK5 en position omni
  • Un Neumann TLM 103 (un micro à large membrane)
  • Un micro surfacique AKG C411

La problématique

Le but est de capter des bruits très faibles sur une plage de fréquence la plus large possible.

Le jour J

Nicolas nous explique l’installation. Dans un petit pot en grès (d’un volume équivalent à celui d’un pot de yaourt), il va placer des cendres en faisant un dôme. Puis, il creusera un trou pour positionner un charbon ardent et au-dessus une plaquette de mica. C’est sur cette dernière que sera déposé le copeau de oud.

Installation des micros
Au plus près du puits dans les cendres

Nous ferons 3 prises avec 3 copeaux de type de oud différents :

  • La première prise n’est pas vraiment une réussite : le charbon n’est pas suffisamment chaud et la consumation ne produit que peu d’odeur et encore mois de son.
  • Pour la seconde, Nicolas préfère choisir un copeau d’un oud plus riche en essence et un autre type de charbon qui chauffe plus. Le résultat est plus intéressant, mais nous pensons que l’on peut améliorer la prise et donc le résultat.

Configuration pour la troisième prise : l’un des MK5 est positionné plus près des 2 DPA (micro-cravate), placé pratiquement dans le récipient
  • Le troisième essai sera le bon. Nous gardons le dernier choix de charbon (la température de chauffe est bonne). Nicolas choisit un copeau de oud de Guibourt, très riche en essence, âgé de 150 ans, provenant du Vietnam et donné par le musée Tillequin. Nous en profitons pour modifier le dispositif :
    • Le Shoeps MK 41 sera remplacé par un Schoeps MK5 en position omni
    • Le Neumann TLM 103 est remplacé par un micro dynamique : le Beyer Dynamic M88 associé à un amplificateur de signal TritonAudio FetHead
Le dispositif Triton Audio FetHead

Le résultat

Voici une séquence audio-vidéo qui permet de recontextualiser l’expérience menée, d’entendre et de voir cette consumation.

Merci à Nicolas Baldovini pour nous avoir fait vivre ce moment et merci à Justine Chapelon pour sa captation et le temps consacré au montage.

Justine en plein réglages.

Crédits photos : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRSCrédit vidéo : Justine Chapelon MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2024, 14 avril). Le son de l’odeur. L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w83k

  1. Pour en savoir plus :- Jaquet Chantal. Le kôdô comme art martial In : À vue de nez : Odorat et communication [en ligne]. Paris : CNRS Éditions, 2019. ISBN : 978-2-271-14164-4. DOI : https://doi.org/10.4000/books.editionscnrs.46067 – ou Jaquet Chantal, La philosophie du kôdô L’esthétique japonaise des fragances. Paris : Vrin, 2018 (ISBN : 978-2-7116-2851-3 []
  2. Ses thématiques de recherche concernent la chimie des substances odorantes []
  3. Appelé également bois d’agar, bois d’aloès, bois des dieux l’oud est utilisé depuis des siècles pour ses vertus thérapeutiques et pour sa qualité en parfumerie. L’oud est une résine naturelle et odoriférante produite par l’arbre, l’aquilaria, lorsque ce dernier est infecté par une bactérie ou un champignon. Sans cette moisissure, le bois ne sent rien. Source []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search