Salon International du Patrimoine Culturel 2023 – Cueillette automnale

En ce mercredi 1er novembre 2023, c’est le branle-bas de combat. Jour férié pour quelques-uns, jour œuvré pour d’autres. Mais faisons un bref retour en arrière pour contextualiser les propos qui vont suivre – planter le décor si vous préférez.

Petit rappel avant de vous lancer dans la découverte de ce nouveau billet : l’écoute au casque est préconisée !

C’est là où tout commence !

L’association Le Geste d’Or m’a convié à présenter mes travaux devant un jury afin de récompenser les meilleurs travaux valorisant l’artisanat patrimonial. Elle m’a également invitée à présenter mes travaux lors du Salon International du Patrimoine Culturel.

C’est dans le cadre magnifique du Carrousel du Louvre que nous allons passer 4 jours denses. Présenter nos travaux certes…. Mais nous n’avons pas oublié que notre cœur de métier c’est de débusquer des sons rares. Quoi de mieux pour cumuler les challenges : trouver des sons rares plongés dans la foule dense des visiteurs. Cette mission était complexe, mais nous avons quelques belles réussites.

La préparation

Comme vous devez vous en douter, la préparation s’est faite bien en amont de l’événement. Plusieurs raisons sont à prendre en compte :

  • Que pouvons-nous présenter au public au cours de ce salon dont la thématique est très éloignée du milieu de la recherche ?
  • Quelle que soit l’animation (ou les animations) choisie(s), nous avons du matériel à transporter et l’événement est à Paris. Prendre le train avec autant de malles, pieds, casques, câbles, etc… est compliqué.

Il faut donc trouver un juste équilibre entre ce que nous aimerions faire et ce qu’il est possible de mettre en œuvre. Une chance pour nous : nous avons deux de nos partenaires qui participent également à ce salon. Pour cette occasion, leur soutien et leur aide nous a été très (mais vraiment très) précieuse.

Le choix

Le stand en cours de montage à l’arrivée du matériel transporté par François (à gauche), puis avec le mobilier de Cyril – tables, tabourets, tréteaux, écran… (à droite)

Nous avons opté pour faire de notre stand un lieu de démonstration, d’échange et d’écoute, soit faire léger (enfin… pas trop lourd ni encombrant). Nous avons demandé à notre partenaire François Simon-Fustier (projet CHRONOSPEDIA présent sur le salon) une « petite » place dans son fourgon pour le matériel à monter sur la capitale. Et nous avons sollicité Cyril Fortin pour quelques éléments mobiliers. En effet, assez rapidement nous apprenons que nous allons partager le stand avec d’autres exposants : l’espace est donc contraint. Cyril Fortin, présentant un piano carré au Salon, il est décidé de faire une démonstration de captation lors du diagnostic. Sur le papier, c’est beau et ça fonctionne… bien.

Le stand prêt à recevoir les visiteurs. A gauche, le kakémono en cours de montage, à droite, le kakémono finalisé et présentation du projet ESPHAISTOSS.

Le salon : ni bruissement ni chuchotement

Hébergé au Carrousel du Louvre, le Salon International du Patrimoine Culturel s’étend sur 4 grandes (voire très grandes) salles, sans vraiment de thématique particulière : cela fait partie de son charme. Nous sommes obligés de musarder pour aller à la découverte.

Le Salon est un événement plutôt bruyant : entre la foule (très nombreuse dès l’ouverture), les activités de démonstration de savoir-faire (pas toutes « silencieuses »), la sono qui crache ses informations et l’occasion pour les exposants de se retrouver…. Tout est bon pour faire marcher la machine à décibels. Un véritable challenge pour nous qui devions faire entendre des sons et des démonstrations, mais également tenter quelques captations in situ.

Audio 1 : ambiance du salon, sur le stand en début d’après-midi, lors du montage

Pourtant, nos micros s’en sont donnés à cœur joie. Et capter, enregistrer, traquer les sons qui peuvent sembler imperceptibles fut, au-delà du challenge, un vrai bonheur. La réussite d’aller les traquer là où personne n’aurait osé aller les chercher, les débusquer, cette joie-là est véritablement sans nom car indescriptible. Et les résultats sont à la hauteur non de nos espérances (car, avouons-le, nous n’en espérions pas tant), mais de cette sérénité dans laquelle on baigne après une très belle réussite.

Journée type des micros du PI2A-Audio

Nos micros entrent en action bien avant l’ouverture du salon. L’ambiance y est feutrée, seules quelques aspirateurs ou cireuses sont en action dans le lointain.

Audio 2 : Le salon, vers 8h30 juste à l’ouverture du Carrousel

Mais ceci est le calme avant l’ouverture, car très rapidement l’acoustique du Carrousel se meuble de sons divers et multiples.

Audio 3 : Le salon, vers 10h15 à l’ouverture au public

Au cours de ces 4 jours intenses, le cycle de nos journées ne fut pas vraiment routinier. Le fait d’être plusieurs sur le stand a cet avantage de pouvoir s’absenter sans craindre de laisser le matériel sans surveillance et ainsi, dans un premier temps, promener nos oreilles à l’affût d’activités rares à enregistrer.

Le premier jour n’est pas vraiment propice à sortir de notre salle. Notre terrain de test sera notre voisine, Alexandra Latour, qui fait une démonstration de broderie sur un métier à broder de 1860 : une Cornely LG3.

La Cornely LG3 sur le stand

Audio 4 : Rythmicité au cœur de la Cornely

C’était un galop d’essai. Alexandra et ses collègues ont pu écouter ce que nous captions et au passage, le public curieux des oreilles a fait de même. Mais capter des machines, nous l’avons déjà fait. Et si nous tentions autre chose ?

Challenge du jour 3 : qui ne tente rien…. n’a pas grand-chose !

Le jour 2 fut consacré à l’animation de notre stand, et vu l’affluence, nous n’avons pas vraiment eu le temps de promener nos micros. Mais à l’ouverture du jour 3, nous décidons de satisfaire la curiosité de nos petits micros – car oui, ce ne sont que des micros de petite taille que nous avons apportés : des AKG (surfaciques) et des DPA (des omnicardioïdes qui se glissent et se faufilent partout).

Et nous tentons notre chance auprès des restaurateurs de tapisserie : Établissement Langlois Tapisserie. Acceptent-ils que l’on tente un enregistrement de leur travail ?

Restauration d’une tapisserie d’Aubusson

Assez dubitatif, ils acceptent. J’avoue que, nous-même, à ce moment-là, ne savons pas vraiment si, dans le brouhaha ambiant, on va réussir cette mission délicate : capter le bruit du fil qui passe dans la tapisserie. Le résultat va bien au-delà de nos espérances.

Audio 5 : Le chant du fil de laine

Audio 6 : Le chant du fil de soie

Quelques stands plus loin, c’est l’art de la broderie au fil d’or (Le Bégonia d’Or) qui tombe sous nos micros.

Audio 7 : Le chant du fil d’or

Spectrogrammes des trois types de fils (de gauche à droite : laine, soie, or)

A vrai dire, à l’écoute des enregistrements sur site… nous savons que nous avons réussi une captation, mais il fallut attendre un moment d’écoute dans un endroit plus approprié (beaucoup plus silencieux) pour se rendre compte de la réussite de celles-ci.

Entre temps, nos micros ont traîné leur membranes et fils dans des endroits vraiment incroyables.

Bien à l’abri dans les tuyaux d’un orgue positif

Passant de l’harmonium à l’orgue positif, en passant par l’art du tabletier, nous avons exercé notre art et savoir-faire pour la plus grande surprise et le plus grand bonheur des artisans qui se sont prêtés au jeu.

Tour du tabletier et position des micros en vue de la captation

Remerciements

Nous tenons à remercier chaleureusement tous les acteurs qui ont permis cette belle aventure :l’ensemble des membres du Geste d’Or (ses jurys et Léna Beys – qui s’est mise en quatre pour toujours trouver une solution), les responsables du Salon International du Patrimoine Culturel, tous les artisans qui nous ont chaleureusement reçus, écoutés (tous les citer seraient fastidieux pour le lecteur, mais je sais qu’ils sauront se reconnaître) et nos partenaires qui ont pu permettre ce séjour (notamment IXXI).

Nous invitons nos lecteurs à une brève balade sensorielle dans ce salon :

Audio 8 : À l’écoute des artisans au Salon du Patrimoine 2023


Crédits illustrations et sons : ©PI2A-Audio/MSH-LSE/UAR2000/CNRS



Citer ce billet
Mylène Pardoen (2023, 11 décembre). Salon International du Patrimoine Culturel 2023 – Cueillette automnale. L'archéologie du paysage sonore. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd5w

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search